Accueil » Science » La Nasa envoie un outil en plastique par mail, à imprimer en 3D dans l’espace

La Nasa envoie un outil en plastique par mail, à imprimer en 3D dans l’espace

L’époque où il fallait attendre le journal télévisé du soir pour voir quelques images de l’espace est révolue. De nos jours, Internet a révolutionné le monde et s’il est possible à un astronaute de tweeter ses aventures de l’espace, il est aussi possible de réparer un outil à l’aide d’une imprimante 3D.

Une clé à cliquet est un outil important pour une réparation. Si celle-ci ne fonctionne plus correctement, cela pourrait avoir des retombées très négatives sur la bonne locomotion des machines d’une station spatiale.

Pourtant un grand pas a été réalisé grâce aux nouvelles technologies. La Nasa a envoyé une clé à cliquet toute neuve à la station ISS (Station Spatiale Internationale), à l’aide d’une imprimante 3D se trouvant à bord depuis septembre dernier.

Les fabricants de l’imprimante, l’entreprise Made in Spain, ont tout d’abord dû établir un schéma en 3D sur ordinateur. La clé a, par la suite, été imprimée sur Terre, en seulement quatre heures, pour faire des tests et s’assurer que toutes les pièces correspondaient à celles de la station. Le clou du spectacle a été d’envoyer la clé par mail à l’ISS. cle-de-Rachet-imprimee-a-bord-de-la-station-ISS

Un fichier qui a permis aux astronautes d’imprimer de nouveau l’objet dans l’espace. C’est ainsi que Barry Wilmore, commandant de bord de la station, a reçu tous les schémas afin qu’il puisse reproduire l’objet et l’imprimer à son tour dans l’espace. Tout ceci en à peine une semaine !

Le communiqué rédigé par la Nasa révèle qu’il y avait cependant des doutes quant à la réussite de cette manœuvre. En effet, le processus aurait pu échouer compte tenu de la pesanteur de la station. Lors de l’impression de l’objet, le plastique fond dans la machine et prend la forme souhaitée. En apesanteur la matière n’est pas éjectée de la même manière que Terre. Face à l’absence de gravité, nul ne savait combien de temps il faudra à la clé pour refroidir et si cette dernière allait conserver sa forme.

La clé à cliquet n’est pas le premier outil imprimé en 3D, pour l’ISS. En effet, une vingtaine d’objets ont déjà connu le voyage, mais les plans ont toujours été fabriqués sur Terre en prévision des besoins. La clé est donc la première réalisation faite à la demande d’un astronaute.

La responsable du programme d’impression 3D de l’ISS, Niki Werkheiser, confie que cet accomplissement n’est qu’un début : « Si vous pouvez transmettre un fichier à la station aussi rapidement que vous envoyez un mail, cela ouvre des possibilités infinies sur tout ce que vous pouvez faire de ces composants (…) Cette possibilité de créer des objets à la demande peut révolutionner le système d’approvisionnement contraint auquel nous avons été soumis jusqu’à aujourd’hui et va être cruciale pour les prochaines missions d’exploration. »

Pour mener à bien cette première expérience, l’outil, de 11 cm sur 3, sera par la suite renvoyé sur Terre pour étudier les éventuelles déformations. Il va falloir valider la capacité d’impression sur des trajets beaucoup plus longs. La Nasa déclare à ce sujet qu’il s’agirait de tests visant un projet vers la planète Mars !

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]

Ça pourrait vous intéresser

Trois nouveaux astronautes sont en route pour l'ISS, un Américain et deux Russes

Shane Kimbrough, Andreï Borissenko et Sergueï Ryjikov : en route pour l’ISS

L’Américain Shane Kimbrough et les Russes Andreï Borissenko et Sergueï Ryjikov sont actuellement en route …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *