La NASA et l’ESA s’associent pour tester un vaisseau kamikaze

Est-ce que la survie de l’espèce humaine dépendra un jour d’un vaisseau kamikaze qui déviera la trajectoire d’un astéroïde ? La NASA et l’ESA s’associent pour tester le concept.

Face à un astéroïde qui foncerait sur la Terre, nous sommes aujourd’hui totalement démunis. Une des solutions serait de pouvoir dévier la trajectoire de cet objet spatial.

C’est dans le but de lancer un projet commun pour tester des vaisseaux kamikazes que l’Agence spatiale américaine (NASA) et l’Agence spatiale européenne (ESA) se sont associées. L’idée serait d’envoyer un vaisseau spatial inhabité à la rencontre de l’astéroïde dangereux avec l’espoir qu’un impact à grande vitesse modifierait sa trajectoire pour épargner la Terre. Si la théorie est simple, la pratique est beaucoup plus complexe.

C’est ainsi que la NASA et l’ESA prévoient un test à grandeur réelle sur Didymoon, une lune de 170 mètres de large qui tourne autour de l’astéroïde Didymos.

Le projet prévoit que l’ESA envoie une sonde en 2020 pour scruter et analyser Didymoon. En 2022, la NASA enverra un vaisseau Kamikaze qui devra viser le petit astéroïde. La sonde européenne sera aux premières loges pour assister au spectacle, mais surtout évaluer l’impact du crash sur la trajectoire de l’astéroïde.

Avec une certaine dose d’humour, la sonde européenne a été avec baptisée AIM (viser) pour Asteroid Impact Mission alors que le vaisseau américain a droit au nom de DART (fléchette) pour Double Asteroid Redirection Test.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWindows 10 : Microsoft planche déjà sur la première mise à jour majeure
Article suivantOne M9 Plus : HTC lève le voile sur une variante plus grande

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here