Là où Google voulait que ses employés « ne soient pas méchants », Alphabet veut juste qu’ils obéissent à la loi

La grande restructuration de Google a vu apparaitre la holding Alphabet pour chapeauter le tout. Un premier constat est que son code de conduite est moins strict que celui de Google.

Google, en tant que plus grande entreprise de recherche internet au monde, a vécu un profond remaniement de sa structure. Désormais, le moteur de recherche n’est plus qu’une filiale de la nouvelle holding Alphabet.

Une certaine confusion a régné au début, lors de la création de Alphabet en tant que filiale de Google. Ce n’est que par la suite, après une prise de contrôle inversée, que cette nouvelle entité est devenue la maison-mère du groupe et que Google, Calico ou encore Google X sont devenus ses filiales.

Si Google a changé de structure, le géant de l’informatique a aussi fait évoluer tout ce qui va avec : les logos, les noms, les sites internet, l’éthique, et bien évidemment aussi le code de conduite de ses employés.

En effet, alors que l’entité Google possédait un code de conduite, celui-ci n’est pas repris par Alphabet.

Si Alphabet a tout repris de Google au moment de sa création, ce n’est désormais plus le cas maintenant que l’entité est devenue la maison-mère du groupe.

Exemple tout simple, la phrase « Ne sois pas méchant » qui figure dans le code de conduite de Google ne figure plus dans celui d’Alphabet.

En fait, Alphabet semble moins exigeant vis-à-vis de ses employés. Il n’est en effet plus fait mention d’« éviter les conflits d’intérêts », d’« assurer l’intégrité financière et la responsabilité ». Par contre, « obéir à la loi » est toujours présent.

De fait, YouTube et Android, qui sont toujours sous Google, ont toujours un code de conduite qui inclut des directives telles que « Ne sois pas méchant » ou la moins connue « nous aimons les chats, mais nous sommes une société de chien », alors que les entreprises dépendantes directement de Alphabet ne possèdent pas les mêmes directives.

En fait, toutes les filiales d’Alphabet vont être amenées à faire évoluer leur code de conduite, indépendamment des autres entités du groupe.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédent3D : Microsoft s’offre Havok
Article suivantApple : toujours au sommet des marques mondiales les plus performantes

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here