La Poste expérimente la livraison par drones

La Poste a annoncé des expérimentations concluantes de livraisons de colis par drones. Elle ne mentionne aucune date de mise en service.

La livraison de colis par drones n’est pas un projet qui intéresse uniquement Amazon, Google, UPS ou encore DHL. La Poste est également intéressée par cette solution de distribution.

C’est ainsi que La Poste annonce avoir effectué plusieurs tests de livraisons de colis par des drones volants. Le groupe considère que ses expérimentations sont concluantes, mais ne donne aucune date de mise en service d’un tel service.

Pour ses tests, La Poste a utilisé des drones équipés de six rotors. Ces engins sont parvenus à transporter et acheminer des colis pesants au maximum 2 kg, sur une distance de 1 200 mètres. Ces expérimentations se sont déroulées au courant du mois de septembre, dans le département du Var.

Lors de cette campagne de test, les différentes phases de livraison par drone ont été expérimentées, à savoir les phases de décollage, de vol, d’atterrissage et de retour à la base. La Poste précise que le drone est parvenu à ses fins tout en insistant sur le fait qu’il s’agit d’expérimentations et non pas d’une commercialisation imminente de ce type de service.

L’objectif suivant de la Poste serait maintenant de pouvoir livrer des colis plus imposants, des charges utiles pouvant atteindre 40cm x 30cm x 20cm pour un poids pouvant aller jusqu’à 4 kg, et cela sur une distance d’une vingtaine de kilomètres.

L’idée de la Poste serait de pouvoir recourir aux drones pour les livraisons dans les zones peu faciles d’accès comme les montagnes, les îles ou certaines zones rurales, mais aussi de pouvoir utiliser cette solution en situation d’urgence.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentElle accepte de se faire mordre 180 000 fois par des punaises de lit
Article suivantSamsung : un écran de 5,5 pouces pour le futur Galaxy S6

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here