La Turquie bloque Twitter, Facebook et YouTube pour museler internet

C’est pour museler internet que Turquie a décidé de bloquer Twitter, Facebook et YouTube de lundi, pour empêcher la diffusion de photos d’un procureur tué.

Depuis le blocage décrété pour empêcher la diffusion d’accusations de corruption visant le gouvernement islamoconservateur, la Turquie n’hésite plus à bloquer certains sites internet. C’est ce qui s’est passé une nouvelle fois ce lundi.

D’après le site du quotidien Hürriyet, ce sont 166 sites qui ont été bloqués ce lundi, notamment Facebook, Twitter et YouTube.

Cette décision intervient pour bloquer la diffusion d’images de Mehmet Selim Kiraz, un procureur retenu en otage le 31 mars dernier, pendant plus de six heures, par deux militants armés d’un groupe radical d’extrême gauche turc et qui a été tué après une intervention de la police. Ses deux ravisseurs, également décédés, avaient publié sa photo sur les réseaux sociaux avec un pistolet sur la tempe.

Dès le lendemain, la justice turque avait ouvert une enquête contre quatre journaux turcs accusés d’avoir reproduit cette photo sur leur site internet ou dans leurs colonnes. Cette décision de bloquer des sites internet vise donc vraiment à museler le web et les réseaux sociaux.

Il est à noter que, le mois dernier, le Parlement turc avait voté une disposition qui autorise le gouvernement à bloquer un site internet sans l’aval de la justice, une disposition qui avait pourtant été censurée par la Cour constitutionnelle l’année dernière.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDailymotion : le gouvernement fait peur à un investisseur hongkongais
Article suivantUne nouvelle Apple TV sans 4K

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. En attendant … « voté une disposition qui autorise le gouvernement à bloquer un site internet sans l’aval de la justice » … Comme en france !! On évolue tellement vers quelque chose de bon …

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here