L’activité humaine est la principale cause de l’érosion littorale

On pourrait accuser le changement climatique d’être la principale cause de l’érosion littorale. Il n’en est rien. Selon des experts, c’est l’activité humaine qui en est toujours la principale cause.

Si les plages se réduisent, les dunes reculent, les falaises de morcèlent, ce n’est pas la faute du réchauffement climatique, en tout cas pas pour le moment. Des experts pointent en effet du doigt que c’est toujours l’activité humaine qui est la principale cause de l’érosion littorale.

Alors que le changement climatique entraine une montée du niveau de la mer, les experts expliquent qu’« Il n’y a pas d’automaticité entre l’élévation du niveau de la mer et l’accélération du recul de la côte ».

« L’érosion marine est d’abord un phénomène naturel, récurrent et millénaire », rappelle Yvonne Battiau-Queney, professeur émérite à l’Université de Lille et présidente de l’association de protection des littoraux EUCC-France.

« Au fil des siècles, le trait de côte a toujours connu des fluctuations. Autrefois, les hommes ne s’installaient pas sur les côtes sableuses, ils savaient que c’était mobile », souligne Patrick Bazin, responsable du département Gestion patrimoniale au Conservatoire du littoral.

Ils soulignent que « L’urbanisation du littoral depuis 150 ans a changé la donne ».

« Dès le début du tourisme balnéaire, il fallait être au plus près de la mer, c’était le principe même de la promenade balnéaire où il fallait être vu. Dans cette logique, presque toutes les stations d’Hendaye à Bray-Dunes ont été créées sur les dunes littorales », explique Yvonne Battiau-Queney. « Résultat : Les échanges naturels entre la plage et sa réserve de sable qui l’alimentaient en cas de tempête ont été rompus. Et les systèmes de digues ou d’enrochement, destinés à contrer l’érosion, au lieu d’améliorer la situation, entravent encore plus ces échanges ».

Ils citent l’exemple de Saint-Girons (Landes) où la station a été construite de manière à ce qu’il n’y ait pas d’obstacle entre la dune et la plage, ce qui fait qu’aucun phénomène d’érosion majeur n’y est décelable. À l’opposé, à Lacanau, construite sur la dune, l’érosion s’accroît, alors que cette côte n’est pas prédisposée à reculer.

Bien que les effets du réchauffement climatique sur le littoral ne soient pas à négliger, les experts soulignent qu’« Aujourd’hui, l’élévation du niveau de la mer n’est pas assez rapide pour causer une érosion des côtes suffisamment importante pour qu’elle soit observable de manière évidente ».

Alors que plusieurs solutions sont étudiées pour endiguer le problème de l’érosion littorale, les experts insistent sur le fait qu’il est nécessaire « d’anticiper ». « L’enjeu est d’arriver à montrer que la société peut évoluer autrement que sous le coup des événements catastrophiques ».

Tags

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker