Lamborghini Aventador LP 750-4 Superveloce : moins de 7 minutes au Nürburgring

Lamborghini a impressionné les esprits en publiant sur son compte YouTube la vidéo embarquée d’une Aventador LP 750-4 Superveloce réalisant le tour du Nürburgring en moins de 7 minutes.

Jusqu’à présent, avec un chrono de 6’57 », on sait que la Porsche 918 Hybrid Spyder de 887 chevaux est parvenue à descendre sous la barre de 7 minutes sur la mythique Nordschleife du Nürburgring. Il est pratiquement certain que la McLaren P1 et la LaFerrari ont fait encore mieux, mais les constructeurs n’ont jamais révélé leurs chronos.

Comme le prouve une vidéo mise en ligne par Lamborghini sur son compte YouTube, la nouvelle Aventador LP 750-4 Superveloce a réussi le même exploit : descendre au-dessous des 7 minutes sur la mythique Nordschleife du Nürburgring.

Lors de sa présentation au Salon de Genève, la Lamborghini Aventador LP 750-4 Superveloce équipée de Pirelli P Zero Corsa, d’une robe plus aérodynamique et d’une motorisation de 750 chevaux et 690 Nm de couple ne laissait pas présager qu’elle allait chasser les chronos mêmes si le bolide était annoncé avec un temps de 2,8 secondes pour avaler le 0 à 100 km/h. De là, il y avait encore un fossé jusqu’à aller titiller le chrono des hypercars du moment.

Équipée de sa boîte simple embrayage pilotée ISR et de ses 4 roues motrices, la Lamborghini Aventador LP 750-4 Super Veloce et ses 1525 kg à sec a tout de même réussi à claquer un chrono de 6’59 »73 au cours d’une session de développement pour les Pirelli devant l’équiper.

Alors que la preuve de cet exploit existe en vidéo, la séquence ne précise pas qui était le pilote de la voiture pour ce tour de circuit.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGalaxy Note 5 : Samsung prépare sa nouvelle phablette
Article suivantPanasonic : commercialisation en Europe de téléviseurs Firefox OS

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here