Lamborghini : une Huracan GT3 prête à en découdre

[VIDÉO] En remplacement de la Gallardo GT3, Lamborghini a dévoilé la Huracan GT3 qui sera engagée dans le championnat d’endurance Blancpain Series.

La catégorie GT3 est en constante évolution avec l’arrivée de nouvelles voitures de compétition, que cela soit la McLaren 650S, la Corvette C7.R, la Mercedes-AMG GT, la Ferrari 458 remaniée, la BMW M6, l’Audi R8 LMS seconde génération ou encore la Ford GT. À cette liste, il faut ajouter la Huracan GT3.

Pour succéder à la Gallardo GT3 en exercice depuis 2005, Lamborghini vient de présenter la Huracan GT3 qui sera engagée en championnat d’endurance Blancpain Series.
Ce bolide est étroitement lié à son cousin du championnat monomarque Super Trofeo, la LP 620-2. Il a en outre reçu le renfort et l’expertise des ingénieurs et aérodynamiciens de Dallara.

Sous son capot, la mécanique reste le 5,2 litres V10 préparé à plus de 600 chevaux, une puissance délivrée aux roues arrières par une transmission séquentielle 6 vitesses à triple embrayage. La voiture dispose également de freins en acier de 380 mm à l’avant avec des étriers 6 pistons, et de 355 mm à l’arrière avec des étriers 4 pistons. Le contrôle de traction et l’ABS peuvent se gérer via 12 modes paramétrables au volant.

La Lamborghini Huracan GT3 sera engagée dans les 5 courses des BlancPain Endurance Series par l’intermédiaire de l’équipe autrichienne Grasser Racing Team. Ses deux pilotes, Adrian Zaugg et Fabio Babini, débuteront leur saison lors du week-end du 4 au 6 avril, à Nogaro (France).

Pour préparer les voitures, des essais officiels seront effectués les 11-12 mars sur le tracé Paul Ricard (France), et les 17-18 mars à Misano (Italie).

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLes 25 mots de passe à ne surtout pas utiliser
Article suivantFacebook part en chasse contre les hoax

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here