Lancement réussi pour la navette spatiale réutilisable à bas coût de l’Inde

Alors que les Etats-Unis, l’Europe et la Russie tentent de monopoliser le marché de l’espace, l’Inde compte récupérer sa part de ce très juteux marché. Pour cela, à l’image de SpaceX qui tente de récupérer le premier étage de son lanceur Falcon 9, elle compte miser sur la réutilisabilité en mettant au point une navette spatiale réutilisable à bas coût.
RLV-TD : l’Inde joue aussi la carte de la réutilisabilité avec une navette spatiale à bas coût
Baptisée RLV-TD, cette navette a été conçue avec un budget modeste d’un milliard de roupies (13,2 millions d’euros). Avec sa longueur de 7 mètres, il s’agit en fait d’une mini-navette.

C’est lundi matin, de l’aéroport de Sriharikota (sud-est du pays), que l’engin a décollé à 07H00 (01H30 GMT) pour grimper à une altitude de 70 kilomètres. Officiellement, la navette n’a pas atteint l’espace. Pour cela, elle aurait dû monter encore d’une trentaine de kilomètres de plus vu que c’est à partir d’une altitude de 100 kilomètres que la fédération aéronautique internationale définit qu’on accède à l’espace.

Après avoir atteint son altitude maximale, la navette est redescendue pour amerrir, 10 minutes plus tard, dans le golfe du Bengale. « Nous avons réussi la mission du RLV comme prototype de technologie », a commenté Devi Prasad Karnik, haut responsable de l’agence spatiale indienne (ISRO).
RLV-TD : l’Inde réussit son vol d’essai d’une navette spatiale réutilisable à bas coût
Il précise également que « L’atterrissage s’est fait en douceur et le véhicule ne s’est pas brisé » et que « Nous avons repéré l’endroit où l’engin flotte ». Il ajoute que « La mission s’est déroulée comme prévu et les données retirées de l’expérience montrent que nous avons atteint les objectifs et prouvé les capacités de la technologie RLV ».

Narendra Modi, le Premier ministre indien, s’est empressé de saluer cet essai réussi en déclarant : « Le lancement de la première navette spatiale indienne est le résultat des efforts industrieux de nos scientifiques ». Dans son message, il a salué les efforts des scientifiques de l’ISRO.

Alors que le marché de l’espace fait face à une véritable guerre des prix, l’Inde, avec sa navette spatiale réutilisable à bas coût, pourrait jouer un rôle prépondérant à l’avenir en matière de solution avantageuse pour le lancement de satellites. Pour donner un exemple chiffré, la NASA a eu besoin de 671 millions de dollars pour placer un engin en orbite autour de Mars alors qu’il n’a fallu que 73 millions de dollars à l’Inde pour faire la même chose.

Le lancement de la navette spatiale low-cost indienne en image

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle vous explique qui était Suzanne Lenglen avec un Doodle
Article suivantLes forces de l’ordre ont débloqué l’accès aux carburants de Fos-sur-Mer
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here