L’application de rencontres 3nder a un nom trop similaire aux yeux de Tinder

L’application 3nder a beau être spécialisée dans les rencontres à 3, il s’agit d’un concurrent pour l’application de rencontres Tinder. De plus, son nom est trop similaire à ses yeux. C’est pour cette raison qu’une plainte a été déposée pour une infraction à la législation sur les marques.

Si Tinder agit de la sorte, c’est parce que l’application de rencontres estime que 3nder, que l’on prononce Threender, possède un nom trop similaire. Son intention est donc de la voir mettre la clé sous le paillasson.

Alors que la justice va devoir trancher cette affaire, 3nder a lancé une campagne auprès de ses utilisateurs pour qu’ils réagissent. Portée par 8 employés, la firme écrit dans un communiqué : « Lorsque nous avons créé 3nder, nous ne savions pas que le marché était déjà envahi par l’énorme entreprise ». Ensuite, elle demande à ses utilisateurs de publier une photo de leurs chaussettes sur les réseaux sociaux en faisant suivre l’image du hashtag #TinderSuckMySocks et de le taguer @3nderapp.

Cette initiative peut sembler très bizarre. En fait, 3nder explique que « Notre fondateur travaillait 12 heures par jour. Avec le procès, il ne dort pas et travaille encore plus. Il n’a pas le temps de faire ses lessives et toutes ses chaussettes sont sales. Si vous avez de la compassion pour lui et notre super team 3nder, impliquez-vous dans ce combat absurde ».

Plusieurs de ses 500 000 membres ont rapidement réagi à cette stratégie en publiant des photos de leurs pieds couverts de chaussettes sur les réseaux sociaux. Alors que cette démarche fait sourire, reste à savoir si elle va permettre à 3nder à survivre à l’attaque de Tinder. Affaire à suivre…

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLes drones se donnent rendez-vous le 4 septembre sur les Champs-Élysées
Article suivantLe Monde de Dory, un film de Disney que Toyota va utiliser pour son Verso Design

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here