L’application Gossip jette une ambiance délétère sur les cours de récréation

L’application Gossip profite de l’anonymat pour répandre des ragots et ainsi jeter une ambiance délétère sur les cours de récréation.

Gossip, un terme qui signifie ragot, est une application qui rend hommage à la série « Gossip Girl », une émission aujourd’hui arrêtée, mais qui reste encore très populaire.

Le principe de Gossip est simple. Lorsque quelqu’un envoie un message sur Gossip, il est anonymement diffusé auprès des contacts de son répertoire. Il peut alors être à son tour rediffusé, et ainsi de suite…, et cela de manière anonyme, donc intraçable, ce qui permet de répandre n’importe quelle rumeur, même les plus outrageantes.

Depuis deux semaines, plusieurs témoignages illustrent la viralité des rumeurs répandues par Gossip. Dans un collège ou un lycée où l’application s’est installée, un ado trouvera sur l’application des rumeurs sur la vie amoureuse et sexuelle de ses camarades, des remarques mesquines sur le physique sur d’autres élèves, ce qui correspond parfaitement à la vocation de Gossip : « démocratiser les ragots de façon totalement anonyme ».

Si cette application pourrait rester bon enfant, elle jette surtout une ambiance délétère sur les cours de récréation à coups de ragots et de rumeurs destructrices. Interrogée à ce sujet, Cindy Mouly, la créatrice de l’application, joue les innocentes en prétendant ne pas avoir pensé que son application serait utilisée par des collégiens pour diffuser des rumeurs nauséabondes.

Gossip n’est pas la seule application du genre. Secret permettait de faire la même chose. Elle a été fermée le 29 avril 2015 parce que son créateur, David Byttow, était en désaccord avec l’utilisation malicieuse qu’en faisaient les gens. D’autres applications, telles que Yik Yak et After School existent également. Sous la pression des chefs d’établissements américains inquiets du harcèlement en ligne, des limites ont été mises en place, comme les créateurs de Yik Yak qui ont instauré un système de géobarrières pour bloquer l’application hors de certains périmètres.

Il est tout de même bon important de préciser que les ragots ont toujours existé, que c’est simplement la technologie mobile qui a contribué à accélérer la diffusion des rumeurs.

Le problème n’est pas les messages par nature idiots qui sont diffusés sur Gossip, mais lorsque cela dévie pour devenir du harcèlement.

Si le harcèlement en ligne n’est en fait qu’une transposition du harcèlement scolaire traditionnel, il se différencie en ne laissant aucun répit à l’ado, même lorsqu’il rentre chez lui. De plus, l’anonymat empêche les victimes de se défendre.

De fait, Gossip souffre d’un problème d’anonymat, mais aussi, et surtout, de l’absence d’un système de modération performant.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentCouverture 4G : Free toujours à la traine par rapport à la concurrence
Article suivantGoogle rend hommage à la Coupe du Monde Féminine 2015

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here