L’ARCEP veut répondre aux nouveaux enjeux du numérique

Que cela soit avec l’internet des objets, la neutralité du net ou encore la numérisation de l’économie, le numérique évolue et l’ARCEP veut faire face aux nouveaux enjeux.

Aujourd’hui, l’ARCEP est le garant de la neutralité du net. Pourtant, avec l’avènement de l’internet des objets et de la numérisation de l’économie, les enjeux du numérique commencent à aller bien au-delà. C’est justement pour cette raison que Sébastien Soriano, le président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) a lancé une réflexion de fond sur ses priorités.

Suite à l’actuelle réflexion de l’Union européenne au sujet de la neutralité du net, l’ARCEP pourrait hériter de nouvelles compétences dans le but de garantir pleinement cette neutralité. Il s’agirait par exemple de compléter de l’actuelle autorégulation par un second niveau qui serait une vraie régulation, avec des règles sur la gestion du trafic. Dans ce cas, l’Autorité aura la capacité d’en vérifier le respect.

Pour répondre à la numérisation de l’économie, un bouleversement qui va impacter tous les secteurs, l’ARCEP envisage une instance de dialogue avec les entreprises pour mieux comprendre les problématiques et leurs besoins, mais aussi adapter la régulation.

L’internet des objets est le défi de demain. L’Autorité doit s’y préparer. Par rapport à aujourd’hui, il est estimé qu’il y aura 40 fois plus d’objets connectés que d’Humains en 2020. En tant que régulateur, l’ARCEP se doit d’être à l’avant de l’innovation que va apporter cette révolution.

En fait, alors que les individus et les entreprises doivent suivre l’évolution du numérique, l’ARCEP doit en faire de même, si possible en anticipant.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentElyséesGate espionnage : WikiLeaks annonce pour bientôt d’autres révélations
Article suivantUberPop : les raisons de la grève des taxis

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here