L’attaque de Sony Pictures profite à BlackBerry

Sans le vouloir, BlackBerry profite de la cyberattaque dont a été victime le studio Sony Pictures.

Tout le monde a certainement entendu parler de cette importante cyberattaque qui a visé le studio Sony Pictures, un piratage qui a découlé sur la publication en ligne de films pas encore sortis en salles et de documents internes confidentiels. Alors que l’origine de l’attaque n’est pas encore toute à fait clair même sur le FBI a établi des liens entre le groupe de pirates et la Corée du Nord, la sécurité informatique est au cœur de cette affaire.

C’est ainsi que le Wall Street Journal vient de commenter cette affaire en déclarant que Sony a ressorti ses vieux appareils BlackBerry suite à l’attaque de ses ordinateurs qui a rendu inutilisable son système de messagerie. La réapparition de ces vieux appareils a bien évidemment fait de la publicité gratuite à BlackBerry, mais également donné des munitions aux propos de son PDG John Chen qui met l’accent sur la sécurité de sa solution pour séduire la clientèle gouvernementale et d’affaires.

Alors que la part de marché mondiale de BlackBerry est passée sous la barre de 1%, cette mise en avant de la sécurité de ses services va certainement faire du bien au fabricant canadien.

Ne connaissant pas les détails des attaques, John Chen a refusé de commenter cette cyberattaque, y compris ce qui aurait pu se passer si Sony avait utilisé les services de BlackBerry. Il s’est contenté de déclarer : « Il est prouvé que les appareils et serveurs de BlackBerry sont beaucoup plus sécuritaires que toute autre solution commerciale actuellement offerte ».

Que cela l’attaque du studio Sony Pictures ou toutes les autres cyberattaques, c’est cette insécurité qui permet à BlackBerry de continuer à vivre, notamment avec des clients fidèles tels que le président Barack Obama et des célébrités comme Kim Kardashian.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMicrosoft annonce un Nokia 215 à seulement 29 dollars
Article suivantGogoro imagine le scooter électrique de demain

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here