L’Autorité de la concurrence valide le rachat de Virgin Mobile par Numericable

C’est désormais officiel, l’Autorité de la concurrence a validé le rachat du MVNO Virgin Mobile par Numericable.

Après avoir déjà racheté l’opérateur SFR, Numericable met également la main sur Virgin Mobile, un rachat qui vient d’être validé par l’Autorité de la concurrence. Dans un communiqué, l’Autorité précise que « Le seul risque concurrentiel identifié, lié au risque de préemption des abonnés Virgin aux offres multiple play de Numericable, a été traité par l’engagement souscrit par Numericable lors du rachat de SFR en vue de permettre à l’ensemble des MVNO d’accéder à son réseau câblé afin de proposer des offres couplées ».

C’est ainsi qu’il est encore précisé que « En intégrant les activités de Virgin Mobile, l’opération renforce le risque que Numericable exploite les liens existant entre ses activités de télécommunications fixes (internet très haut débit, segment sur lequel Numericable est le leader du marché) et mobiles. L’opération permettrait ainsi à Numericable d’exercer un effet de levier sur une base de clientèle de nouveau élargie quelques semaines après l’acquisition de SFR, par la commercialisation d’offres couplant un accès internet très haut débit et des services de téléphonie mobile », ajoutant que « Même si peu de MVNO proposent d’offres quadruple play à l’heure actuelle, la généralisation de ces offres à terme rend nécessaire d’assurer aux MVNO la capacité de se positionner sur de telles offres ».

« Je me réjouis de ce rapprochement avec Virgin Mobile. Cette acquisition permettra à Numericable Group d’accélérer sa stratégie de convergence entre le très haut débit fixe et le mobile », commente Eric Denoyer, le PDG de Numericable. Il faut dire que cette opération permet de mettre la main sur le premier opérateur mobile virtuel français, soit 1,7 million de clients et 468 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUne cuillère pour faciliter la vie de ceux qui souffrent de Parkinson
Article suivantDroit à l’oubli : l’Europe veut généraliser aux .com

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here