Le canon laser de l’US Navy accède au statut d’arme opérationnelle

[Vidéo] Après quatre mois d’essai dans le golfe Persique, le canon laser installé sur un navire de l’US Navy est passé du stade de prototype à celui d’arme opérationnelle.

Un canon laser pourrait sembler être une simple idée saugrenue issue de la science-fiction. En fait, pas du tout !

L’US Navy avait déjà testé au sol un canon laser. Cette fois, c’est sur un navire qu’il a été testé. C’est à bord l’USS Ponce, un navire de transport de barges de débarquement déployé en opération dans le golfe Persique, que l’arme a été évaluée durant quatre mois.

Alors que cette arme avait le statut expérimental, cette campagne d’essai a permis de faire passer son statut à arme totalement opérationnelle capable de détruire de manière invisible et en silence des cibles volantes et flottantes.

Baptisée LaWS (Laser Weapon System), ce laser de 30 kilowatts permet de griller en quelques secondes l’électronique embarquée d’un petit drone en vol, comme le montre une vidéo de l’Office des recherches navales (ONR) de l’US Navy. Cette arme est également capable de détruire à distance la charge explosive d’une roquette placée sur une barge flottante ou de ne toucher que l’un des deux mannequins placés sur une vedette rapide.

Étant émis dans le spectre infrarouge, le faisceau laser de l’arme n’est pas visible. L’opérateur de tir a juste à sélectionner sa cible sur un écran avec une manette qui ressemble à une simple manette de jeu vidéo.

Le contre-amiral Matthew Klunder, responsable de l’Office of Naval Research, confie que « Tout a bien fonctionné. Et d’ailleurs nous n’avons jamais manqué notre cible ».

La puissance du LaWS n’est que de 30 kW, ce qui rend cette arme particulièrement adaptée à la défense du navire contre des cibles de petite taille telles que des vedettes semi-rigides ou des drones dans un rayon de 2 km. Son avantage est qu’un tire ne coute qu’un dollar.

Le canon laser n’est toutefois pas l’arme parfaite vu qu’elle est par exemple tributaire des conditions atmosphériques, nuages et pluie, et ne pourra donc pas remplacer toutes les armes conventionnelles.

Il est encore à préciser que l’US Navy est désormais en train de mettre au point un laser plus puissant de 100 à 150 kW. Dès 2017, il devrait être capable d’abattre un missile rapide lancé contre un navire.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentExiste-t-il un univers parallèle où le temps recule ?
Article suivantL’eau de Tchouri n’a rien à voir avec celle de la Terre

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here