Le Gemini Planet Imager (GPI) découvre sa première exoplanète

Le nouvel instrument Gemini Planet Imager (GPI) a découvert sa première exoplanète, c’est-à-dire sa première planète dans un autre système stellaire.

Gemini Planet Imager (GPI) est un nouvel instrument qui a été installé sur le télescope de 8 mètres de l’observatoire Gemini au Chili. Au lieu de détecter l’ombre des planètes qui passent devant les étoiles, l’instrument cherche la lumière directement émise par la planète en « gommant » la lumière de l’étoile.

La première exoplanète découverte par GPI a été baptisée 51 Eridani b, elle est située à une centaine d’années-lumière de la Terre.

Cette exoplanète est très jeune vu qu’elle n’est âgée que de vingt millions d’années, ce qui signifie qu’elle est née 40 millions d’années après l’extinction des dinosaures, il y a 66 millions d’années.

Grâce à l’instrument GPI, il a pu être déterminé que l’atmosphère de 51 Eridani b contient la plus forte présence de méthane jamais détectée sur une telle planète. Cette découverte l’apparente aux quatre planètes gazeuses de notre système solaire, notamment Jupiter.

Justement, 51 Eridani b possède une masse équivalente à environ deux fois celle de Jupiter. Avec 426°C, elle est aussi moins chaude que les autres exoplanètes nouvellement formées.

Selon les scientifiques, 51 Eridani b posséderait des caractéristiques très proches de celles de Jupiter, lorsqu’elle était jeune, il y a 4,5 milliards d’années.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentCinq cartes pour comprendre notre surconsommation
Article suivantCanada : la guerre des calèches

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here