Le Parlement européen veut diviser Google

Le vote du Parlement européen n’a qu’une valeur symbolique vu qu’il est non contraignant. Il n’empêche que le message est clair : Google devrait séparer son moteur de recherche de ses autres services.

C’est ce jeudi, avec 384 votes pour, 174 contre et 56 abstentions que le Parlement européen a adopté l’idée que Google sépare son moteur de recherche de ses autres services. Cette décision n’a qu’une valeur symbolique vu qu’elle est non contraignante.

Cette division de Google n’interviendra certainement jamais, c’est en tout cas ce qu’estiment de nombreux experts juridiques.

Ce qu’il est important de comprendre dans ce vote, c’est toute sa symbolique. En effet, un tel vote démontre toute l’antipathie qui ne cesse de croitre contre Google, contre l’obnubilant domination de la technologie américaine dans l’Union européenne. Une ola avait été mise en son temps à Microsoft, aujourd’hui c’est au tour de Google.

Facteur aggravant dans cette affaire, les révélations d’Edward J. Snowden, l’ancien consultant de la National Security Agency (NSA), n’ont fait que renforcer un sentiment antiaméricain vu que c’est par le biais de ses grands groupes technologiques américains que l’agence américaine a principalement pu pratiquer son espionnage tous azimuts.

Malgré son statut non contraignant, ce vote est aussi un reflet politique de l’opinion de l’Union européenne, un signal clair adressé à la Commission européenne, le bras exécutif de l’UE, qui lui dispose du pouvoir.

Pour certains analystes, cette situation est très intéressante. En effet, les autorités antitrust américaines n’ont jusqu’à présent jamais réussi à briser la puissance commerciale de Google malgré tous ses efforts. Dès lors, ils s’interrogent de savoir si l’Europe va y parvenir.

Il est à souligner qu’Al Verney, un porte-parole de Google, a refusé de commenter ce vote.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWindows 10 : un grand déballage pour janvier 2015 ?
Article suivantMission Rosetta : 4 faits incroyables que vous ne connaissez peut-être pas

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here