Le PIB français repart à la hausse au troisième trimestre

Après une croissance nulle au deuxième trimestre, le PIB de la France repart à la hausse avec une augmentation de 0,3% au troisième trimestre.

L’optimisme est de mise pour Michel Sapin, le ministre des Finances. Il a déclaré que la France est « sortie de cette trop longue période de croissance extrêmement faible » en soulignant que la croissance 2015 sera « au minimum de 1,1% ». Il a fait ces déclarations suite à la publication des chiffres trimestriels de l’INSEE.

Alors que la croissance française a été nulle au deuxième trimestre, l’INSEE estime que le PIB a augmenté de 0,3 % au troisième trimestre. Cette progression s’appuie sur une amélioration des investissements des entreprises, +0,7% contre +0,5% au trimestre précédent, une consommation des ménages qui s’est aussi redressée, +0,3% contre 0%, ainsi que les dépenses globales d’énergie qui ont rebondi, +1,6% contre -2,1%.

Par opposition, les investissements des ménages, -0,5%, contre -1,1%, le commerce extérieur, -0,7% contre +0,4%, et les exportations, -0,6% contre +1,9%, ont plombé la croissance de la France.

Optimisme pour 2016

« Nous sommes entrés dans une nouvelle phase. Cela présage, sans pour autant que ce soit une certitude, une croissance plus élevée pour l’année prochaine », a déclaré Michel Sapin.

Pour rappel, le gouvernement table officiellement sur une hausse de 1,5% du produit intérieur brut pour l’année prochaine.

Une deuxième hausse consécutive de l’emploi

L’emploi semble aussi se redresser. Il est à la hausse pour le second trimestre consécutif (+0,1%), tiré par les services et l’intérim. L’INSEE indique par exemple que l’emploi intérimaire a gagné 3,2%, soit 17 600 emplois, alors que le tertiaire a gagné 20 200 postes (+0,2%), alors l’industrie recule (-12 800, -0,4%), tout comme la construction (-10 000, -0,8%).

Êtes-vous aussi optimiste que Michel Sapin ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSamsung dévoile son SoC Exynos 8 Octa 8890 gravé en 14 nm
Article suivantAndroid Wear n’a plus besoin d’un smartphone pour communiquer en 3G/4G !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here