Le réseau coaxial de SFR à Nantes passe à 800 Mb/s, mais seulement à 40 Mb/s en émission

Bonne nouvelle pour les habitants de Nantes, SFR annonce la mise en service d’un réseau coaxial à 800 Mb/s. Le hic, c’est que ce haut débit est pénalisé par un débit en émission de seulement 40 Mb/s.

La communication de SFR est attrayante. L’opérateur a en effet annoncé la mise en service d’un réseau à 800 Mb/s à Nantes. Le communiqué souligne que « les clients éligibles à la Fibre à 800 Mb/s peuvent échanger et partager des fichiers volumineux presque instantanément ».

« 105 000 logements et locaux professionnels nantais sont éligibles à la Fibre à 800 Mb/s. Les 24 communes de la Communauté d’agglomération Nantes Métropole seront éligibles à la Fibre SFR d’ici 2020. » indique encore le communiqué de l’opérateur.

Une drôle d’interprétation du « instantanément »

C’est en regardant de plus près que l’on constate que l’offre de SFR n’est pas forcément aussi intéressante que cela. En effet, les 800 Mb/s sont en réception, pas en émission. En émission, le débit n’est en fait que de 40 Mb/s. De fait, le partage des fichiers volumineux presque instantanément est vrai lorsqu’on le reçoit, mais pas lorsqu’on l’envoie.

Dommage que SFR occulte complètement cette partie dans sa communication. C’est presque de la tromperie. Comparativement, la FTTH atteint jusqu’à 1 Gb/s en réception et 200 Mb/s en émission, ce qui est nettement plus intéressant question vitesse. Dès lors, lorsque SFR assène qu’il est le N°1 de la fibre en France avec 7,4 millions de prises, alors que le câble est loin derrière le FTTH en termes de débits, cela suscite certaines interrogations.

Pour finir, il faut encore souligner que les clients nantais de SFR, ou Numericable, qui souhaitent passer à cette nouvelle offre devraient vraisemblablement passer par un nouveau contrat, donc un réengagement d’une année supplémentaire. Cette question n’est pour l’heure pas encore très claire.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentL’Apple Watch ne sert pas seulement à donner l’heure
Article suivantPhobos pourrait se désintégrer et ne plus être une lune de Mars, mais un anneau

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here