Le séduisant Xiaomi Mi5 a des arguments à faire valoir, à commencer par son prix

Pour sa première participation au Mobile World Congress, Xiaomi fait fort en présentant son nouveau Mi5. Son nouveau fleuron pourrait faire de l’ombre à la concurrence.

C’est la première fois que le constructeur chinois Xiaomi est présent au Mobile World Congress (MWC) de Barcelone. Cette première apparition est un coup de maitre vu qu’elle a permis de présenter le Mi5, son nouveau smartphone. Alors que le Mi4 était redoutablement séduisant, le Mi5 l’est tout autant, si ce n’est plus encore.

Avec son écran Full HD de 5,15 pouces, son processeur SnapDragon 820 de Qualcomm épaulé par 3 ou 4 Go de RAM, un espace de stockage de 32 à 128 Go (non extensible) assuré par des puces Samsung, une puce NFC, la compatibilité LTE Cat 12, un port USB Type-C, sans oublier un capteur photo Sony IMX298 de 16 mégapixels, le smartphone a techniquement de quoi séduire. Il a d’autres arguments à faire valoir, comme sa batterie de 3 000 mAh, le contraste de son écran de 1500:1, ou encore son lecteur d’empreintes digitales.

Avec son dos en verre ou céramique (à choix), son poids de seulement 129 grammes ou son épaisseur de 7,25 mm, le Mi5 est également élégant et esthétique. Ce smartphone possède véritablement des arguments très intéressants pour de nombreux utilisateurs.

L’argument le plus intéressant est certainement son prix. Xiaomi annonce en effet le Mi5 à des tarifs compris entre 1 999 et 2 699 yuans, soit entre 280 et 375 euros. Un appareil de cette qualité à ce tarif, c’est véritablement donné. La seule question qui se pose est de savoir quand il sera disponible en France. Pour l’heure, on sait seulement qu’il sera commercialisé en Chine à partir du 1er mars.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSpotify abandonne le cloud Amazon au profit de celui de Google
Article suivantUne keynote Apple le 15 mars pour lancer l’iPhone 5se ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here