Le seul défaut de la Surface 3 : son prix

S’il faut cherche un défaut à la Surface 3, la déclinaison grand public de la version Pro, c’est surtout au niveau de son prix qu’il faut cherché.

Après avoir présenté sa Surface Pro 3, Microsoft propose sa Surface 3, sa déclinaison plus grand public. Il s’agit du seul véritable concurrent crédible de l’AirBook d’Apple.

De prime abord, cette Surface 3 possède de nombreux défauts. En fait, ces défauts cachent en réalité de véritables qualités.

En effet, la Surface 3 est plus épaisse que les modèles hybrides de la concurrence. En fait, c’est pour profiter d’une connectique complète avec port USB 3.0, entrée micro USB, lecteur microSD, etc.

Elle est aussi plus lourde que les autres modèles… Ce qui est quelque part normal vu qu’il s’agit d’un véritable PC portable familial avec plusieurs jours d’autonomie en utilisation normale.

En fait, le seul véritable défaut de la Surface 3 est son prix. Il faut en effet débourser 599 euros pour sa version 64 Go, 2 Go RAM, Wi-Fi, 719 euros pour le modèle 128 Go, 4 Go RAM et Wi-Fi, sans oublier d’ajouter 150 euros pour le clavier, très pratique, confortable et servant astucieusement de protection d’écran, et encore 50 euros de plus pour le stylet. Au final, l’addition est plutôt salée : 920 € euros !

Si cela peut sembler un tarif exorbitant pour une tablette, il ne devient pas si prohibitif que cela en considérant que c’est aussi un PC portable avec toutes ses fonctionnalités.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRosetta : les mystérieuses roches en équilibre de Tchouri
Article suivantGmail : les meilleurs plug-ins pour le travail

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here