Lego : 130 millions d’euros pour abandonner le plastique

Le groupe Lego compte investir 130 millions d’euros pour abandonner le plastique, non pas pour dire adieu aux célèbres briques, mais pour trouver un autre matériau plus écologique.

Au bord de la faillite dans les années 90, le groupe Lego s’est concentré sur ses célèbres briques pour remonter la pente. Depuis, le fabricant de jouets danois a retrouvé le sourire en enregistrant dix années consécutives d’augmentation de son bénéfice, avec 3,8 milliards d’euros de vente l’année dernière.

Désormais, la préoccupation de Lego est de donner une image respectueuse de l’environnement. Il faut dire que les 60 milliards de briques en plastiques fabriquées l’année dernière ne sont pas sans impact sur la planète.

« Nous avons déjà pris des mesures importantes pour réduire notre empreinte carbone et avoir un impact positif sur la planète: diminution du volume des emballages, introduction de matériaux d’emballage labellisés, investissement dans un parc éolien en mer. Maintenant, il est temps de nous concentrer sur les matériaux », a expliqué Jørgen Vig Knudstorp, le PDG de Lego.

Pour remplacer le plastique actuellement par un autre matériau plus respectueux de l’environnement, Lego a décidé d’investir un milliard de couronnes, soit 130 millions d’euros. Il va s’agir de financer un centre de recherche basé à Billund qui devra concevoir de nouveaux matériaux non encore existants.

« Il n’y a pas de définition unique d’un matériau durable. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte pour le définir : sa composition, sa provenance, ce qu’on en fait lorsqu’il arrive en fin de vie … », explique le PDG. Bien évidemment, Lego devra aussi s’assurer que les nouvelles briques soient parfaitement compatibles avec les anciennes, tout en respectant les mêmes critères en matière de qualité et de sécurité.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook imite Snapchat pour mieux le remplacer ?!
Article suivantVoie Lactée : un trou noir se réveille après 26 ans d’inactivité

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here