Lego revient de loin… pour devenir n°1 mondial

Mis à mal au début des années 2000 par l’arrivée des jeux vidéo, la marque Lego a su redresser la barre pour devenir le n°1 mondial du jouet au premier semestre 2014.

Au début des années 2000, à l’arrivée des jeux vidéo, l’avenir de Lego s’annonçait bien sombre. Se lançant dans une diversification hasardeuse sous la houlette de son actuel PDG, Jorgen Vig Knudstorp, la célèbre marque de jouet danoise a su revenir de loin.

Ayant déjà réussi la prouesse de monter sur la deuxième marche du podium mondial des fabricants de jouets, derrière l’inamovible Mattel, Lego fait encore mieux au premier semestre 2014 en devançant tout le monde pour devenir le n°1 mondial. Mais attention, en raison des fluctuations saisonnières, un chassé-croisé peut encore avoir lieu.

Il n’en demeure pas moins que la spectaculaire progression de Lego reflète bien que les efforts de la marque danoise. Si Mattel enregistre un recul de 7% sur les Barbie, son jouet phare, Lego peut se targuer d’avoir enfin réussi à séduire les filles avec la collection Lego Friends spécialement créée à leur intention.

Mais plus que les simples briques à assembler, Lego a aussi su se diversifier comme en témoigne le succès mondial de son premier long-métrage, « The Lego Movie », sans parler de ses toupies à construire, les « Ninjago », des jeux de société, et même des jeux vidéo, comme « Batman » qui figure parmi les jeux les plus vendus au monde.

Le siège de Lego, à Billund, au Danemark.
Le siège de Lego, à Billund, au Danemark.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPaléontologie : la grotte de Gorham met à mal de nombreuses hypothèses
Article suivantTrains Intercités : les usagers accusent la SNCF

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here