Les 10 découvertes scientifiques qui ont marqué 2014

Quelles sont les dix découvertes scientifiques qui ont marqué 2014 ? Voici une sélection des découvertes qui ont le plus marqué l’année écoulée.

Comme chaque année, l’année 2014 a été riche en découvertes scientifiques de toutes sortes, dans tous les domaines. Quelles sont celle qui ont le plus marqué ?

1. L’atterrissage du module Philae sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko a été nommé « découverte de l’année 2014 ». Cet exploit a non seulement séduit la communauté scientifique, mais a également captivé des millions de personnes dans le monde.

L’atterrissage de Philae sur une comète le 12 novembre dernier n’est en fait que l’aboutissement d’une longue mission de l’Agence spatiale européenne (ESA), une mission de dix ans qui a tout d’abord vu la sonde Rosetta se mettre en orbite autour de la comète.

L’intérêt scientifique de la mission de Rosetta et Philae est qu’elle a déjà permis de livrer d’innombrables données sur la comète 67P, comme la présence d’eau, de méthane, d’hydrogène, de formaldéhyde et d’acide cyanhydrique, des découvertes qui pourront peut-être permettre à des chercheurs de comprendre le rôle des comètes dans la création de la vie sur Terre.

Un rapport des chercheurs en charge de l’instrument ROSINA a déjà annoncé un taux élevé de deutérium, ce qui suggère que les comètes telles que 67P/Churyumov-Gerasimenko ne sont pas la source d’eau de nos océans.

Même si l’atterrissage de Philae ne s’est pas déroulé tout à fait comme prévu, que l’atterrisseur a rebondi plus fois avant de se poser dans une cuvette à l’abri du Soleil, ce qui prive le module d’énergie pour le moment, il est certain que le module laboratoire fera encore l’actualité en 2015.

2. Alors que le début de l’art rupestre était situé il y a environ 10 000 ans, des archéologues ont découvert en Indonésie, sur l’île de Sulawesi, des œuvres r au pochoir réalisées il y a 17 400 – 39 900 ans. Cette découverte suggère que l’art symbolique s’est développé en Asie plus tôt qu’en Europe.

une-main-negative-datee-de-39-900-ans-et-la-peinture-dune-femelle-babirusa-datant-de-35-400-ans
Une main négative datée de 39 900 ans et la peinture d’une femelle babirusa datant de 35 400 ans. (Image: M. Aubert et al. Science)

3. La comparaison des fossiles des oiseaux primitifs et des dinosaures aux oiseaux modernes a permis de révéler comment certaines lignées de dinosaures se sont développées pour évoluer vers une multitude d’oiseaux pour survivre à la fin du Crétacé-Paléogène, il y a environ 66 millions d’années.

La lignée de dinosaures qui a évolué en oiseaux a vu sa taille diminuer en permanence durant 50 millions d'années. (Image : Michael S. Y. Lee et al. Science)
La lignée de dinosaures qui a évolué en oiseaux a vu sa taille diminuer en permanence durant 50 millions d’années. (Image : Michael S. Y. Lee et al. Science)

4. Des chercheurs ont conçu des Escherichia coli contenant deux nucléotides supplémentaires (X et Y) en plus des nucléotides habituels G, T, C et A qui composent normalement les blocs de l’ADN. Ces bactéries synthétiques ne peuvent pas se reproduire en dehors du laboratoire, mais peuvent être utilisées pour créer des protéines avec des acides aminés « contre nature ».

image-descherichia-coli-prise-avec-un-microscope-electronique-a-balayage
Image d’Escherichia coli prise avec un microscope électronique à balayage. (Image : Rocky Mountain Laboratories / NIAID / NIH)

5. Deux équipes de scientifiques différentes ont mis au point des méthodes pour cultiver des cellules ressemblantes à des cellules bêta. Cela va permettre de nouvelles études sur le diabète.

6. Des chercheurs ont démontré que le sang d’une jeune souris peut rajeunir les muscles et le cerveau de souris plus âgées. Cette découverte va conduire à un essai clinique où des patients atteints de l’Alzheimer vont recevoir du plasma de jeunes donneurs.

7. Des scientifiques ont réussi à manipuler des souvenirs spécifiques chez des souris, à les supprimer, à en ajouter et même à remplacer le contenu émotionnel.

8. Des ingénieurs en informatique, notamment d’IBM, ont réussi à produire les premières puces neuromorphiques à grande échelle, des puces qui visent à traiter l’information d’une manière similaire à celle de nos cerveaux vivants.

9. Les CubeSats sont des tout petits satellites bon marché, d’une dizaine de centimètres. Bien que cela fasse plus de 10 ans qu’ils sont envoyés dans l’espace. Autrefois considérés comme outils pédagogiques pour les étudiants, ils ont commencé à devenir une vraie science.

10. Plutôt que de concevoir des robots individuels, les robots interactifs et coopératifs, par exemple inspirés des termites, ont permis de construire des structures simples, ce qui révèle que les robots sont capables de travailler ensemble dans le but de concevoir quelque chose de plus grand que leur propre mission.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNSA : tout ne lui serait pas encore accessible
Article suivantInternet : l’Inde tente de bloquer la propagande d’ISIS
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here