Les astronautes de la NASA collaborent avec Boeing et SpaceX

Boeing et SpaceX sont des entreprises indépendantes qui travaillent sur des projets de vaisseaux spatiaux commerciaux habités. En tant que partenaires de la NASA, elles peuvent profiter de l’expérience des astronautes. C’est ainsi qu’ils proposent un feedback essentiel pour la conception de ces vaisseaux du futur.

Les astronautes travaillent en étroite collaboration à l’analyse de la conception, aux simulations et à la préparation des missions à destination de la Station spatiale internationale (ISS). Bob Behnken, Eric Boe, Doug Hurley et Suni Williams sont les quatre astronautes qui ont été sélectionnés pour participer aux essais en vol du programme Crew Commercial. Ils visitent régulièrement les installations des deux sociétés à travers le pays pour suivre de près les avancées de leur projet respectif en y apportant leur soutien sous la forme de feedbacks.

Ils travaillent côte à côte avec les ingénieurs de SpaceX et Boeing à l’évaluation de leurs systèmes en vue d’un lancement à destination de l’ISS. Ils réalisent des contrôles, proposent des ajustements, évaluent les panneaux de contrôle, les tableaux de commande et les nombreux autres systèmes.

Les astronautes Suni Williams et Doug Hurley en train d'évaluer le poste de pilotage d'une capsule Crew Dragon de SpaceX dans une maquette.
Les astronautes Suni Williams et Doug Hurley en train d’évaluer le poste de pilotage d’une capsule Crew Dragon de SpaceX dans une maquette.

Par exemple, les astronautes Bob Behnken et Eric Boe ont secondé le directeur de vol Richard Jones et son équipe de contrôle le 7 juin dernier lors d’une simulation de lancement d’un vaisseau Starliner. Dans le cadre de cet exercice, l’engin a atteint l’orbite en vue d’une insertion. Le but d’une telle simulation est de détecter les problèmes qui pourraient survenir lors d’une situation dynamique d’un vol réel.

Fin avril, Boeing a évalué un ensemble de formateurs qui sera la pierre angulaire de la formation des équipages tout au long de la vie du CST-100 Starliner. Associés aux instructeurs de la station, ces formateurs sont des simulateurs complexes équipés des mêmes contrôles que ceux d’un Starliners réel. Ils simulent un vaisseau spatial en vol. Ces systèmes sont installés dans le bâtiment 5 du Centre spatial Johnson de la NASA à Houston. Un simulateur de mission à la taille réelle d’un poste de pilotage Starliner est également en cours de construction.

L'astronaute Suni Williams en train de travailler sur un simulateur Starliner.
L’astronaute Suni Williams en train de travailler sur un simulateur Starliner.

Ils participent aussi à la formation pour les essais en vol des équipages et aident les ingénieurs à concevoir les simulateurs et les combinaisons. L’astronaute Anne McClain a par exemple rejoint une équipe d’astronautes et d’ingénieurs pour évaluer la sortie de la maquette de la capsule Crew Dragon au travers de la trappe supérieure ainsi que par la trappe latérale.

SpaceX prévoit de passer la qualification de sa capsule cette année pour qu’elle soit prête à être utilisée en 2017. Comme pour n’importe quel autre vaisseau spatial, les nombreux composants doivent tous être testés séparément avant d’être assemblés et à nouveau tester d’une manière globale.

Les examens concernent avant tout les opérations de lancement et celles de mise en orbite. Dans le cadre d’un vol habité, les phases d’atterrissage des missions sont également scrupuleusement étudiées.

L’ISS va se préparer aux futurs vaisseaux spatiaux commerciaux de Boeing et SpaceX

En prévision de ces futurs vaisseaux spatiaux commerciaux, la mission de ravitaillement de l’ISS du mois prochain embarquera un adaptateur d’accueil international. Construit par Boeing et acheminé par SpaceX jusqu’à l’avant-poste spatial, il sera installé afin que les capsules Starliners et Crew Dragons puissent s’arrimer à la station. Pour cette installation, les astronautes devront procéder à au moins une sortie extravéhiculaire cet été. Plus tard, un second adaptateur sera livré et installé.

L'astronaute Anne McClain testant les procédures d'évacuation du Crew Dragon sur une maquette de la capsule.
L’astronaute Anne McClain testant les procédures d’évacuation du Crew Dragon sur une maquette de la capsule.

Hormis le vaisseau à proprement parler, la conception de ces futurs vaisseaux spatiaux commerciaux comprend également l’aspect communication avec des radios qui doivent pouvoir communiquer avec les systèmes actuels, mais aussi les sièges qui accueilleront les astronautes pendant leur vol. Par mesure de précaution, ils seront dotés de systèmes automatiques, mais également de commandes manuelles. Il est bon de souligner que Boeing et SpaceX conçoivent des engins qui transporteront quatre personnes, ce qui reflète toute l’importance des projets et la priorité qui est mise sur la sécurité des astronautes.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentEncore une détection directe des ondes gravitationnelles pour le LIGO
Article suivantLa gloutonnerie d’une étoile peut expliquer la formation des planètes
Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j'ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l'information et l'actualité. De fil en aiguille, j'ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l'amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m'intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l'univers, ce qui s'est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l'impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l'impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here