Les cellules cancéreuses affaiblissent le corps en simulant le diabète

Selon une étude de l’université de médecine de Harvard, l’affaiblissement des malades du cancer serait provoqué par la sécrétion de protéines qui bloqueraient l’insuline.

Environ un cinquième des décès par cancer se produise lorsque les patients deviennent trop faibles pour résister à la chimiothérapie et la radiothérapie, ce qui augmente aussi leur sensibilité aux effets secondaires. L’augmentation des prises alimentaires ne contribue généralement pas à éviter la perte de muscle et de graisse.

Des chercheurs américains de l’université de médecine de Harvard estiment que la tumeur libère des protéines qui bloquent l’insuline, cette hormone qui permet au glucose d’être absorbé par le corps et de lui donner de l’énergie, un phénomène qui fait penser au diabète. Les diabétiques manquent soit d’insuline, soit sont incapable d’en fournir à leurs tissus pour absorber le glucose.

« Les cellules cancéreuses absorbent énormément de glucose, alors que le reste du corps en manque de plus en plus », constate le Dr Young Kwon.

Le même phénomène a été observé chez les insectes, où des tumeurs sécrètent une molécule appelée lmpL2, provoquant la perte de graisse et de tissu musculaire. Le scénario est semblable à l’affaiblissement provoqué par le cancer chez les humains. Le lmpL2 est l’équivalent chez les insectes du lGFBs, qui bloque l’activité d’insuline chez les humains et autres mammifères.

Selon les chercheurs, abaisser de manière significative le niveau de lmpL2 réduit l’affaiblissement de façon tout aussi significative.

« On peut imaginer qu’abaisser le niveau de son équivalent humain permettrait de traiter la cachexie et donc d’ouvrir de nouvelles voies de traitement du cancer », a déclaré le docteur David Bilder, de l’université de Berkeley, en Californie. « La plupart des malades du cancer ne meurent pas à cause des effets locaux des tumeurs, mais plutôt à cause des changements plus larges, systémiques, induits par ces tumeurs ».

Cette découverte pourrait ouvrir de nouvelles perspectives de traitement du cancer.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSamsung : succès en perspective pour le Galaxy S6
Article suivantVASIMR : la NASA espère voyager vers Mars en 39 jours

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here