Les fondateurs de Google veulent survivre aux robots destructeurs de Terminator

Si les T-800 n’existent pour le moment que dans le film Terminator, cela n’empêche pas Larry Page et Sergey Brin, les fondateurs de Google, de vouloir se prémunir de cette menace.

Conçus par le super ordinateur militaire Skynet pour battre la résistance humaine, les T-800 sont des androïdes tueurs, c’est-à-dire des robots construits à l’image d’un être humain et programmés pour tuer. Tous les adeptes du film Terminator connaissent certainement le T-800…

Même si tout laisse à penser qu’il s’agit d’une simple fiction, cela n’a pas empêché Google à ajouter une ligne sur ses serveurs pour que ses deux cofondateurs, Larry Page et Sergey Brin, puissent échapper à une éventuelle attaque de la Terre par ces androïdes tueurs.

La question que l’on pourrait se poser est de savoir pourquoi Larry Page et Sergey Brin auraient plus le droit de survivre que d’autres personnes, parce qu’ils sont parmi les plus riches personnes au monde ? Parce qu’ils sont les cofondateurs de Google, avec ses 20 000 salariés dans le monde, ses 8 milliards de pages recensées ?

Non, la réponse est que cette ligne de code a été ajoutée en commémoration au vingtième anniversaire du fichier robot.txt servant à configurer la sécurité et le référencement des sites web. Dès lors, pas de panique, les T-800 ne vont pas nous envahir de sitôt.

Les fondateurs de Google mettent en place une ligne de code pour échapper à l'attaque de T-800
Les fondateurs de Google mettent en place une ligne de code pour échapper à l’attaque de T-800

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa France se lance dans la course au Big Data
Article suivantEst-ce que Microsoft osera un Lumia sous Android ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here