Les Implant Party arrivent en France

Déjà populaire dans d’autres pays, l’Implant Party arrive en France dans le cadre du festival numérique Futur en Seine 2015.

Le phénomène de l’Implant Party est en pleine croissance dans le monde, ces manifestations qui consistent à implanter sous la peau des puces électroniques.

En fait, il s’agit de placer dans la main une puce NFC de la taille d’un grain de riz, une puce qui permet d’identifier son porteur pour par exemple déverrouiller son smartphone, ouvrir des serrures, payer sans contact, stocker sa carte de visite ou un abonnement quelconque, etc. L’avantage de l’implant, c’est que la personne n’a plus à se soucier du vol ou de l’oubli de son smartphone, la puce dans sa main assure la sécurité.

Justement, dans le cadre du festival numérique Futur en Seine 2015, le collectif de biohackers suédois Bionyfiken a organisé samedi dernier une conférence sur la sécurité des individus par le biais de ces implants électroniques. Moyennant 200 euros, il est même proposé aux visiteurs de se faire implanter une puce NFC, sous la peau, au niveau de la main.

Il est à préciser que cette puce est reprogrammable, résistante et ne présente aucun risque de rejet. De plus, elle peut fonctionner à vie. Pour l’implanter, une anesthésie locale et une seringue spéciale suffisent à placer la puce sous la peau.

Grâce à cette initiative, le phénomène de l’Implant Party débarque en France, un phénomène qui est déjà très populaire de plusieurs grandes villes du monde.

Pour ceux que cela intéresse, il est à préciser que le festival numérique Futur en Seine 2015 se déroule jusqu’au 21 juin.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTous les domaines seront bouleversés par la réalité virtuelle
Article suivantMail : Apple n’a toujours pas corrigé une faille qui menace des millions d’identifiants iCloud

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here