Les mouvements des moutons pour étudier le cerveau humain !

Cela peut sembler totalement sans lien, pourtant des scientifiques étudient les mouvements des troupeaux de moutons dans le but d’étudier le fonctionnent du cerveau humain.

C’est dans le but d’évaluer la possibilité d’utiliser des clôtures virtuelles, des colliers qui donneraient un léger aux bêtes trop aventureuses, que des chercheurs ont étudié les mouvements des troupeaux de moutons.

Une étude est ressortie de ce projet. Une équipe de chercheurs du CNRS, du CEA, et de l’université de Toulouse ont publié leurs résultats dans la revue PNAS.

C’est en observant deux phases bien distinctes dans les mouvements des moutons que les scientifiques ont élaboré un modèle mathématique. Il s’agit de modéliser l’alternance entre les phases de dispersions lentes et de regroupements rapides.

Là où cela devient particulièrement intéressant, c’est que cette étude est aussi particulièrement suivie par les spécialistes la physique statistique.

« Dans ces groupes d’animaux, les comportements d’imitation constituent la clé de voûte de très nombreux phénomènes collectifs », indique Hugues Chaté, physicien au CEA. « Avec les moutons, on est à la frontière entre un état désordonné et un état ordonné. Ils sont entre les deux. Cela s’inscrit dans un débat général sur les groupes biologiques qui fonctionnent entre un individualisme total et une considération des autres ».

Ce qu’il faut comprendre, c’est que les mouvements observés chez les moutons possèdent des similitudes avec le fonctionnement du cerveau humain qui lui aussi fonctionne entre ordre et désordre.

« Le cerveau, en tant que système de neurones en interaction, fonctionne-t-il comme si tous les neurones se mettaient en action en même temps ? Ou tous les neurones sont-ils indépendants ? C’est entre les deux », répond le chercheur.

« Un ou cent neurones, un ou cent moutons, c’est la même boîte à outils. Nous étudions les comportements grégaires, leur émergence spontanée, c’est dans la même thématique », précise encore Hugues Chaté.

Son objectif est d’observer l’émergence de règles de comportements collectifs dans les systèmes complexes.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPriv : premières images officielles du smartphone Android de BlackBerry
Article suivantEst-ce que votre iPhone 6S chauffe trop ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here