Les pompiers de Paris se concentrent sur les 4% d'appels « urgents »

Alors que 96% des appels reçus via le numéro d’urgence européen, le 112, sont « polluants », les pompiers de Paris se réorganisent pour se focaliser sur les 4% d’appels « urgent ».

À l’heure actuelle, quasiment la totalité des appels reçus via le numéro d’urgence européen, le 112, est « polluants », ce qui signifie qu’il s’agit de blagues, d’appels fantaisistes, ou d’appels « de poche », des appels faits par mégarde alors que le téléphone portable est coincé dans une poche ou un sac à main.

Alors que ces appels « polluants » entravent l’efficacité du service, les pompiers de Paris ont décidé de se réorganiser pour se concentrer sur les 4% d’appels « urgents ». Pour ce faire, les opérateurs du centre opérationnel des pompiers feront le tri pour de faire suivre que les appels dépollués vers les opérateurs du 18, mais disposeront également prochainement d’un arbre d’aide à la décision afin d’apporter des réponses aux problèmes de santé d’urgence, par exemple un massage cardiaque.

Si cette réorganisation des pompiers de Paris peut sembler anecdotique, elle démontre surtout l’un des effets pervers de l’avènement des téléphones mobiles : la croissance des faux appels.

96% des appels aux pompiers ne concernent pas une demande de secours
96% des appels aux pompiers ne concernent pas une demande de secours
Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle I/O : Android à la conquête de tous les marchés
Article suivantGoogle I/O : bientôt du mirroring pour la Chromecast

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here