Les scientifiques tirent la sonnette d’alarme sur les bébés génétiquement modifiés

Plusieurs scientifiques ont donc tiré la sonnette d’alarme au sujet des dernières découvertes de manipulation génétique qui pourraient permettre de créer des bébés sur mesure.

C’est dans les revues Nature et Sciences que plusieurs scientifiques tirent la sonnette d’alarme ces dernières semaines, notamment deux prix Nobel, les Américains Paul Berg et David Baltimore.

L’inquiétude de ces scientifiques concerne le potentiel des dernières découvertes de manipulation génétique, des techniques qui pourraient permettre de créer des bébés sur mesure : ce n’est désormais plus de la science-fiction, la réalité s’en approche de plus en plus, ce qui effraie une partie de la communauté scientifique.

C’est par exemple le cas de CRISPR-Cas9, un enzyme qui permet de « découper » des brins d’ADN pour modifier et réparer des gènes. Il s’agit d’un outil révolutionnaire pour le traitement des maladies génétiques, mais aussi d’une véritable boîte de Pandore pour certains, ce qui soulève de très nombreuses interrogations éthiques.

Avec la capacité de modifier le génome humain, cet outil laisse planer la crainte de dérives eugénistes, l’envie de créer un enfant, voire toute une lignée, sur des critères physiques. CRISPR-Cas9 pourrait en effet permettre de modifier les cellules germinales d’un individu, les cellules susceptibles de se transformer en ovules ou spermatozoïdes, ce qui pourrait permettre une modification génétique des caractéristiques d’un enfant qui pourrait imposer un « idéal » à tous ses descendants.

C’est pour cette raison que des scientifiques tirent la sonnette d’alarme et appellent à un moratoire volontaire des chercheurs travaillant sur le sujet. L’idée étant d’interdire ou du moins encadrer strictement le traitement des cellules germinales.

Bien que les tests n’aient pour le moment été menés que sur des souris et des singes, les chercheurs estiment que cette technique pourrait fonctionner sur l’Homme.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa Xbox One moins chère que la PlayStation 4 !
Article suivantSpotify : pression des majors contre le streaming gratuit

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here