Les services de Microsoft s’incrustent dans Cyanogen

Par le biais d’un partenariat commercial entre Cyanogen et Microsoft, des services tels que Bing, Skype, OneDrive, et Office vont s’incruster dans CyanogenMod.

Bien que CyanogenMod soit un fork d’Android, cela n’empêche pas Microsoft de s’y intéresser de très près. De suffisamment près d’ailleurs pour qu’un partenariat commercial soit signé entre Cyanogen, et Microsoft. Grâce à celui-ci des outils tels que Bing, Skype, OneDrive, et Office seront nativement disponible sur cet OS dès cette année.

Bien que cette arrivée va un peu bouleverser le paysage de CyanogenMod, cela ne va pas autant égratigner la philosophie de Cyanogen. En effet, l’utilisateur aura toujours la possibilité de ne pas avoir ces services par défaut. « Les utilisateurs seront en mesure de supprimer les applications qu’ils ne veulent pas utiliser. Cyanogen OS est conçu pour être une plateforme ouverte et, au final, les clients décident les applications qu’ils veulent par défaut », a précisé Cyanogen.

Vu que CyanogenMod, en tant qu’alternative à Android, est utilisé par 50 millions de personnes, cette opération est bien évidemment très intéressante pour Microsoft.

« Les gens dans le monde utilisent le système d’exploitation de Cyanogen et les services populaires de Microsoft pour s’engager avec ce qui compte le plus pour eux sur leurs appareils mobiles », a déclaré Kirt McMaster, le CEO de Cyanogen. « Ce partenariat passionnant avec Microsoft va nous permettre d’apporter de nouveaux types de services intégrés aux utilisateurs mobiles dans les marchés à travers le monde », a-t-il ajouté.

Il est à préciser qu’aucune date n’a été communiquée au sujet de l’arrivée des applications Microsoft dans CyanogenMod.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSalon de Shanghai : encore un concept-car pour Audi
Article suivantTélécoms : le nombre de plaintes a été stable en 2014

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here