Les stégosaures se différenciaient par la forme des plaques sur le dos

C’est grâce à la forme des plaques osseuses que portaient sur le dos les stégosaures, que les mâles et les femelles se différenciaient.

Les stégosaures étaient de grands dinosaures herbivores qui vivaient en Amérique du Nord il y a 150 millions d’années. Certains de ces animaux possédaient des plaques osseuses jusqu’à 45% plus larges que d’autres chez qui elles étaient plus hautes, ont découvert des paléontologues britanniques.

Dans la revue scientifique américaine Plos One, ces scientifiques expliquent que la forme des plaques osseuses que portaient sur le dos les stégosaures permet en fait de différencier les mâles et les femelles.

Ils ont déterminé que les stégosaures dont les plaques osseuses dorsales, sur deux rangées, étaient différentes n’appartenaient pas à des espèces distinctes ou à des dinosaures de différents âges, mais bien à des mâles et à des femelles de la même espèce. « Ces caractéristiques morphologiques distinctes entre les deux sexes sont particulièrement difficiles à déterminer avec certitude chez des espèces éteintes, car ces différences peuvent avoir plusieurs explications », relève Michael Benton, professeur de Paléobiologie à l’Université de Bristol en Grande-Bretagne, le principal auteur.

Les scientifiques ont aussi déterminé, à l’aide d’un scanner et d’un microscope, que les deux formes de ces plaques ne résultaient pas d’une croissance chez des dinosaures de différents âges. Dans tous les cas étudiés, ces excroissances osseuses avaient cessé de grandir.

C’est après avoir écarté les autres hypothèses possibles que les scientifiques ont conclu que la meilleure explication pour cette différence au niveau des plaques est qu’elle marquait la différence entre mâles et femelles. « Les plaques osseuses les plus larges proviennent probablement des mâles qui typiquement dans nombre d’espèces ont des attributs plus voyants pour séduire, tandis que les plaques moins larges et plus hautes appartenaient aux femelles, qui ont peut-être servi pour dissuader des prédateurs », suppose Evan Saitta, de l’Université de Bristol, qui a fait cette découverte en faisant des fouilles alors qu’il était étudiant.

Ces chercheurs estiment que le dismorphisme sexuel pourrait aussi exister chez d’autres dinosaures.

Les fossiles de stégosaure ont été surtout retrouvés aux États-Unis : dans le Wyoming, l’Utah et le Colorado. L’animal mesurait environ 8,5 mètres de long, 4 mètres de haut et pesait jusqu’à trois tonnes.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiOS : l’application Doodle devient plus sociale
Article suivantSamsung : la prochaine montre Gear sera ronde

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here