Les trucs cool que permet de faire Google Photos

Google Photos est tout nouveau. Il est donc bon de souligner les trucs cool que ce service est capable de faire.

Photos n’est pas un nouveau service de Google à proprement parlé, il était précédemment inclus dans Google+. Il est désormais indépendant et s’est enrichi de nombreuses fonctionnalités plutôt cool.

S’agissant d’un stockage en ligne de photo, Google Photos remplit exactement cette mission en proposant un moyen simple et facile de sauvegarder, stocker, accéder et partager ses photos. Bien évidemment, il est possible de classer ses images dans des albums pour plus de clarté.

Si Google Photos ne serait capable de faire que ça, le service serait comme tous les autres. En fait, il permet de faire bien plus que cela.

En tant que photographe, on a souvent tendance à multiplier les clichés d’une scène, en modifiant légèrement l’angle ou l’éclairage, juste pour être sûr d’avoir la meilleure prise de vue. Le hic, c’est que tous ces clichés prennent trainent sur nos disques durs. L’intelligence de Google Photos est capable de reconnaitre ces photos à répétition. Cette reconnaissance permet de les trier, mais aussi de pouvoir réaliser des collages et des animations facilement grâce aux assistants proposés par le service.

Plus fort encore, Google Photos est aussi capable d’assembler ces images pratiquement similaires pour créer des vues panoramiques à partir des images qui se chevauchent.

Google Photos propose bien évidemment de partager facilement ses clichés avec les réseaux sociaux, que cela soit Google+, Facebook ou Twitter.

Alors que le processus de titrage pourrait être rébarbatif, Google reconnait les visages et vous donne déjà de quoi facilement trouver une légende en deux secondes.

L’organisation des images dans Google Photos peut bien évidemment se faire par le biais d’album, un système de classement qui peut paraitre un peu basique. En fait, la force de classement ne réside pas dans le classement à proprement parler, mais dans la possibilité de rechercher.

En oui, pas besoin de donner des descriptifs hyper précis à vos mages, le moteur de recherche est capable de reconnaitre les visages, d’identifier les paysages, etc., pour retrouver facilement les fichiers que vous recherchez, et cela sans les avoir forcément classés précédemment. Il suffit par exemple de rechercher « Iowa » ou « Noël » pour retrouver les clichés pris dans cet État ou de votre arbre de Noël. Dans le premier cas, Google Photo utilise la géolocalisation des images, et dans le second la reconnaissance d’image, voir même la date.

Tout semble séduire dans Google Photos, même les conditions d’utilisation qui indiquent clairement que « Vous conservez la propriété de tous les droits de propriété intellectuelle sur vos contenus ». Le hic, c’est que les conditions générales de Google s’appliquent aussi, des conditions qui précisent que « Lorsque vous téléchargez, présentez, stockez, envoyez ou recevez du contenu via nos services, vous accordez à Google une licence mondiale pour utiliser, stocker, reproduire, modifier, créer des travaux dérivés, communiquer, publier, exécuter publiquement, afficher et distribuer un tel contenu. »

Il s’agit des conditions habituelles, mais elles contredisent celles de Photos, ce qui est dommage, mais surtout introduit un certain flou au sujet de l’utilisation de nos images. Un porte-parole a d’ailleurs affirmé : « Google ne va pas utiliser commercialement des images ou des vidéos téléchargées sur Google Photos, ni à des fins promotionnelles, à moins que nous demandions une permission explicite à l’utilisateur. Les photos que vous téléchargez sur Google Photos sont privées, sauf si vous choisissez de les partager. »

Malgré ce bémol, Google Photos est un service qui semble parfaitement à la hauteur de répondre à tous les besoins des utilisateurs. D’autant plus qu’il est gratuit et propose un stockage illimité pour autant que les photos soient optimisées, une compression à peine visible.

google-photos-image-gif

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentOS X : El Capitan va succéder à Yosemite
Article suivantLes applis Android les plus friandes

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here