Les visages partiellement cachés ne résisteront plus à la reconnaissance faciale de Facebook

Grâce à un nouvel algorithme, Facebook est désormais capable d’identifier aussi les visages partiellement cachés, avec un taux de réussite de 83%.

Jusqu’à présent, l’algorithme de Facebook n’était pas capable d’identifier les visages qui ne regardent pas l’objectif ou qui étaient partiellement cachés. Ce n’est plus le cas grâce à un nouvel algorithme.

Testé sur 40 000 photos publiques de Flickr, des clichés avec des visages parfaitement visibles et d’autres partiellement dissimulés, l’algorithme a obtenu un taux de réussite de 83% !

Pour parvenir à identifier les personnes partiellement cachées, l’algorithme utilise d’autres données que le visage à proprement parler, des caractéristiques telles que la coiffure, les vêtements, la forme du corps, etc.

Ce progrès en matière de reconnaissance faciale pose tout de même un problème de vie privée. En effet, identifier une personne qui ne regarde pas l’appareil ou qui se cache le visage peut poser problème.

Il est par ailleurs bon de rappeler que la reconnaissance faciale automatique est interdite en Europe.

Pour rechercher des photos de soi sur le net ou pour identifier les personnes sur une photo, une telle fonctionnalité pourrait s’avérer franchement pratique.

Il est à préciser que cette fonctionnalité est encore en phase de test à l’heure actuelle. Elle pourrait être proposée avec Moments, une application qui devrait être prochainement lancée.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMission Rosetta : jusqu’en septembre 2016
Article suivante-book : Amazon va tester la rémunération des auteurs à la page lue

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here