L’étrange anatomie du dinosaure Chilesaurus Diegosuarezi

Le Chilesaurus Diegosuarezi est un « des dinosaures les plus bizarres jamais découverts ».

Les chercheurs qui ont consacré une étude au Chilesaurus Diegosuarezi déclarent que c’est un « des dinosaures les plus bizarres jamais découverts ». Pour cause, cet herbivore cousin du Vélociraptor, présente des caractéristiques anatomiques inhabituelles en étant en fait une combinaison de différentes espèces.

« Nous sommes troublés par l’anatomie étrange de Chilesaurus qui rappelle différents groupes de dinosaures », explique Fernando Novas, coauteur de l’étude publiée dans la revue scientifique Nature.

« Sa ceinture pelvienne ressemble à celle des ornithischiens […] et ses pattes arrière, larges et à quatre doigts, sont plus proche des sauropodomorphes primitifs que des théropodes, plus minces et composées de trois doigts », détaille Bernardino Rivadavia, chercheur au Musée des Sciences Naturelles, à Buenos Aires.

C’est en février 2004, en accompagnant ses parents géologues dans les Andes dans le sud du Chili, que Diego Suarez, 7 ans, est tombé par hasard sur des ossements présents dans des roches de la fin de la période du Jurassique, il y a environ 145 millions d’années. Depuis cette découverte, plus d’une douzaine de spécimens du dinosaure ont été collectés, parmi lesquels quatre squelettes complets.

« Au début, j’étais convaincu que nous avions collecté trois dinosaures différents, mais quand le squelette le plus complet a été préparé, il est devenu évident que tous les éléments appartenaient à une seule espèce de dinosaure », raconte Fernando Novas.

Le crâne relativement petit, la forme de son bec ou encore ses dents en forme de feuille révèlent que le Chilesaurus était un mangeur de plantes. En fait, les différentes parties du corps du dinosaure étaient adaptées à un régime alimentaire et à un mode de vie similaire à d’autres groupes de dinosaures. « Dans ce processus, une ou des parties d’un organisme ressemblent à celles d’espèces non apparentées à cause d’un mode de vie similaire et des pressions évolutionnaires », explique Martin Ezcurra, également coauteur des travaux et chercheur à l’université de Birmingham.

« Le Chilesaurus constitue l’un des cas les plus intéressants d’évolution convergente documentés dans l’histoire de la vie », souligne encore Martin Ezcurra.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGmail : comment restaurer des contacts supprimés ?
Article suivantDes geckos ont joué dans l’espace !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here