L’expérience « Intercect by Lexus » sort du Japon

« Intercect by Lexus » est un espace dédié à l’expérience Lexus, mais sans forcément être au volant d’une voiture. Le premier espace de ce genre, hors du Japon, vient d’être inauguré à Dubaï.

C’est en août 2013, dans le quartier de Minami Aoyama à Tokyo, que le premier « Intercect by Lexus » a été ouvert. Ce concept vit à proposer un lieu unique pour profiter de l’expérience Lexus dans une atmosphère détendue, stimulante et luxueuse, sans forcément être au volant d’une voiture. C’est pour cela que ces espaces associent le design, l’art, la mode, la culture, le cinéma, la musique et la technologie, sans concession ni espace de vente traditionnel. Son but est véritablement de donner l’opportunité au public de s’imprégner de l’esprit la marque de luxe de Toyota.

Après le Japon, c’est à Dubaï que vient d’ouvrir un « Intercect by Lexus ». Inauguré le 8 décembre 2015, il est le premier espace du genre hors de l’archipel. Organisé sur deux niveaux, au cœur du quartier international de la finance, il propose un garage et un espace d’exposition pour les concept-cars Lexus, des installations artistiques, un salon, un restaurant, un salon bibliothèque et une boutique pour des articles de luxe Crafted for Lexus.

D’autres espaces dans le monde entier

Cet « Intercect by Lexus » n’est que le premier d’une longue lignée. Le concept sera transposé dans d’autres villes du monde. Le prochain est prévu à New York.

Ces espaces servent bien évidemment à proposer les différentes activités de la marque. Ils servent aussi à accueillir des ateliers, des expositions, des événements … En fait, le concepteur de ces espaces, le designer de renommée internationale Masamichi Katayama, a cherché à proposer une expérience unique mêlant surprise et inspiration.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDropbox ferme Carousel et Mailbox pour recentrer ses activités
Article suivantPhilae : encore et toujours désespérément muet

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here