L’haleine pour repérer un cancer de la bouche ou de la gorge

L’espoir de chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) est de pouvoir détecter un cancer de la bouche ou de la gorge grâce à l’haleine.

Des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont mis au point des microcapteurs capables de faire la différence entre l’haleine d’une personne en bonne santé et celle d’une personne malade.

Le souffle humain contient des composés organiques volatils (COVs). Leur présence et leur concentration varient selon l’état de santé de la personne.
Frédéric Loizeau, ancien doctorant à l’EPFL, a postulé sur le fait que les tumeurs produisent des substances différentes qui laissent une signature particulière dans l’haleine. C’est ainsi que le dispositif qu’il a mis au point permet de mesurer la composition du souffle.

Les tests réalisés chez des patients du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) se sont avérés probants. La technologie est parvenue à distinguer les personnes atteintes d’un cancer de la gorge ou qui en avaient été opérées.

Analyser l’haleine était à la fois difficile et peu fiable jusqu’à présent. « L’humidité, notamment, peut perturber la mesure, ce qui résulte en de faux-positifs, ou de faux-négatifs », explique Nico de Rooij, qui a participé à l’élaboration de la technologie.

Il est à noter que cette technologie de capteurs pourrait aussi être utilisée pour l’écologie, par exemple pour analyser les gaz émis par les plantes lorsqu’elles sont attaquées par des insectes ou des champignons. Cette détection permettrait de réagir plus tôt et d’utiliser moins de pesticides.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPowerDVD : une version 15.0 qui sur les formats de demain
Article suivantDrone : le fabricant du quadricoptère Phantom à la recherche de fonds

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here