L’HDR exclusivement en jeu à Roland-Garros

Une technologie hors du commun, un Nouveau Monde électronique révolutionnaire !

Pour toute personne familière avec le sujet, vous avez surement assez entendu de charabia à propos de l’HDR; pour les curieux intéressés par ce thème, permettez-nous de vous offrir les renseignements les plus justes.

Les avantages du HDR sont très connus sur l’univers cybernétique. Pour expérimenter la qualité fonctionnelle de ce dernier, Sony a pris en main l’opération. L’énorme public de Roland-Garros, dans une atmosphère fiévreuse, fut le lieu de la postproduction.

Patrick Profit, recruté de la part de Sony, nous a comparé les deux technologies HDR et SDR grâce à des photos prises durant un épatant match de tennis.

Le rendu a été des plus détaillés. Incroyable ! Sur des écrans Oled de monitoring calibrés à l’identique, l’ultra HD a perfectionné les photographies prises dans les scènes de clairs obscurs. Bonjour aux blancs parfaits dans les images très lumineuses ainsi qu’aux noirs dégourdis dans les zones sombres. Un piqué remarquable !

Tout le monde opte surement déjà pour Le High Dynamic Range (HDR). Mais abuser de quoi que ce soit tue le plaisir. L’HDR risque de donner des images qui manquent cruellement d’amplitude, trop équilibrées en conséquence. Une vision parfaite même dans les coins les plus sombres !

Vous vous en réjouirez sans doute regardant un film tel que « Je te promets », mais pour un film tel que « Saw » personne ne prendra du plaisir à apercevoir, sans exception, tous les organes d’un homme en train de se massacrer vivant. Moi personnellement je préfère laisser ces parties dans des bouts plus obscurs ! Qu’est-ce que vous en pensez alors ? Pour l’HDR ou vous préférez le SDR ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSmartDeviceLink : Toyota et Ford développent une solution contre Apple et Google
Article suivantEn attente du Harley-Davidson 100% électrique

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here