Livres électroniques : Amazon se pose en défenseur des prix bas

C’est à partir du fait que les livres électroniques ne présentent plus de coûts d’impression, de stockage ni de livraison qu’Amazon se pose en défenseur des prix bas pour les e-book, mais aussi comme détracteur de la position de Hachette.

En pleine guerre commerciale contre Hachette, Amazon d positionne en tant que défenseur des prix bas pour les livres électroniques. Comme argumentaire de ce choix, le géant de la distribution met en avant le fait que les e-books ne présentent plus de coûts d’impression, de stockage, ni de livraison, sans oublier le fait qu’ils ne peuvent pas être revendus ni être concurrencés par de nouvelles éditions.

En défendant la position comme quoi « les livres électroniques peuvent et doivent être moins chers », Amazon affirme souhaiter que les e-books doivent pouvoir être en concurrence avec les applications, les jeux, la télé, le cinéma, les réseaux sociaux, les blogs, les sites d’information gratuits, etc.

C’est sur la basse de cette réflexion qu’Amazon propose à Hachette de répartir les recettes à hauteur de 35% pour l’auteur, 35% pour l’éditeur et 30% pour le distributeur, tout en précisant que « Nous pensons qu’aujourd’hui Hachette partage trop peu avec les auteurs, mais, au bout du compte, ce n’est pas à nous de décider ! ».

Dans cette guerre commerciale que se livrent les deux groupes, Amazon précise également maintenir moins de stock en provenance de Hachette et que les précommandes n’étaient plus honorées.

Contre Hachette, Amazon se pose en défenseur du livre à bas prix
Contre Hachette, Amazon se pose en défenseur du livre à bas prix

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSony se retire de la Bourse de Londres
Article suivantNintendo : optimisme de rigueur malgré un nouveau recul des ventes

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here