L’Oculus Rift DK2 embarque le même écran Super AMOLED que le Galaxy Note 3

Le démontage de la nouvelle version de l’Oculus Rift a réservé une petite surprise : la présence du même écran Super AMOLED de 5,7 pouces que celui du Galaxy Note 3.

À l’instar des nouveaux produits populaires qui arrivent sur le marché, les experts-démonteurs de iFixit se sont penchés sur la nouvelle version de l’Oculus Rift. C’est après avoir réalisé cette opération qu’ils ont pu décerner une note de 9/10 pour récompenser le démontage/remontage facile et l’agencement efficace des composants du nouveau kit de développement commercialisé par Oculus VR : l’Oculus Rift DK2.

Mais plus que cette note, l’important de la tâche d’iFixit est la découverte d’un composant surprenant, en l’occurrence la présence du même écran Super AMOLED de 5,7 pouces qui équipe le Galaxy Note 3. Détail particulièrement intéressant, l’écran affiche le logo de Samsung, mais dispose aussi des mêmes espaces dédiés aux boutons et aux composants photo, sans parler du contrôleur tactile qui est toujours en place.

À la différence du Galaxy Note 3, Oculus VR revendique un taux de rafraîchissement de l’écran pouvant atteindre 75 Hz, ce qui signifie que de l’overclocking est passé par là vu que son taux de rafraîchissement habituel est de 60 Hz. Il est par ailleurs à préciser que le Galaxy Note 3 propose une résolution de 1920 x 1080 pixels alors que l’Oculus Rift DK2 propose un affichage de 960 x 1080 pixels pour chaque œil.

Même si cette découverte est à priori surprenante, elle ne l’est pas tant que cela vu que Samsung et Oculus VR collaborent pour la conception du Gear VR, le casque de réalité virtuelle signé Samsung.

photo-2-ifixit-oculus-rift-dk2

photo-ifixit-oculus-rift-dk2

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRange Rover met le pied au plancher avec son SUV Sport SVR
Article suivantKTM prévoit de monter en MotoGP

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here