Loin d’être asociaux, les hackers appartiennent à une tribu virtuelle mondiale

Simples geeks isolés derrière leur écran, les hackers ne sont pas si seuls que cela, ils appartiennent à une tribu virtuelle à l’échelle mondiale. Les pirates informatiques, une tribu virtuelle à l'échelle de la planète

Communément, nombreux sont ceux qui s’imaginent qu’un pirate informatique est une personne qui se cache derrière un surnom et son écran. Comme l’explique Nico Sell, organisatrice de DEF CON, ce n’est pas du tout le cas.

Comme l’explique Nico Sell, les hackers ne sont pas seuls. À l’organisation d’événements tels que le DEF CON, la plus grosse convention de pirates informatiques, les pirates informatiques du monde entier se rencontrent.

Hormis cela, les hackers sont rarement seuls, ils appartiennent tous à des tribus, qu’elles s’appellent Anonymous, LulzSec, Lizard Squad ou autres, des tribus virtuelles à l’échelle mondiale.

Les pirates informatiques ont beau être des geeks, posséder de très grandes compétences, la complexité de la technologie actuelle est telle qu’ils sont obligés de compter sur l’aide des autres pour que les choses soient faites sérieusement. Alors que tout le monde les qualifient de méchants, leurs signes distinctifs sont avant tout l’intelligence, le savoir-faire et… l’humour.

De fait les hackers ne dénigrent pas ceux qui luttent contre eux en travaillant dans les entreprises de sécurité informatique… pour autant qu’ils fassent du bon boulot.

Autre preuve que les pirates informatiques ne sont pas si solitaires que cela, ils travaillent souvent en groupes, que cela soit pour aider à créer, le jailbreak par exemple, pour montrer les failles d’un système informatique, ou pour attaquer. Mais attention, dans ce cas, les cyberattaques ne sont jamais sans raison.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRéseaux sociaux : Pékin maintient sa pression
Article suivantCourses de drones directement inspirées de Star Wars

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here