L’outil Bash de Linux s’invite dans Windows 10

Après des années de guerre, Microsoft et Linux semblent s’être réconciliés. C’est en tout cas ce que laisse penser l’annonce de l’intégration en natif de l’interpréteur de commande Bash dans Windows 10, une intégration qui est due à un partenariat avec Canonical, l’éditeur qui développe la distribution Ubuntu.

Les puristes de Linux parleront certainement d’un mariage contre nature avec cette intégration d’un outil majeur de Linux dans Windows 10. Pour ceux qui ne connaissent pas Bash, il s’agit d’un centre de pilotage accessible uniquement en lignes de commandes. Au travers de scripts, il permet de tout faire avec une très grande efficacité, avec une vitesse impossible à égaler avec un système fenêtré à Windows ou OS X. En fait, il pourrait être une alternative à PowerShell.

Alors que les outils de Windows sont souvent payants, mais surtout fermés, l’arrivée de l’outil open-source Bash s’apparente à une révolution. De fait, proposer nativement un tel outil aux développeurs s’apparente à leur donner nettement plus de liberté. Mais en y réfléchissant d’un peu plus près, on se rend compte surtout que cette arrivée n’est en fait qu’une demi-surprise. Cela fait en effet un certain temps déjà que Microsoft multiplie les initiatives pour séduire le monde du libre. Le temps où Steve Balmer clamait que « Linux est un cancer » est aujourd’hui clairement révolu.

De fait, plutôt que de lutter contre Linux, Microsoft a décidé de faire avec, même de l’intégrer à ses produits et services que cela soit l’interpréteur Bash dans Windows 10 ou les distributions Linux dans sa plate-forme Azure. Dès lors, on comprend aussi mieux pourquoi l’éditeur de Redmond communique désormais autour du slogan « Microsoft loves Linux ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAdobe flash met sa réputation sur le feu
Article suivantEst-ce que la JAXA va pouvoir reprendre le contrôle de son satellite Hitomi ?
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here