Luna : un drap-housse connecté pour améliorer le sommeil

En proposant son drap-housse intelligent connecté, Luna promet d’améliorer le sommeil en analysant les habitudes du dormeur et en jouant sur la température du matelas.

Mieux dormir grâce à un lit connecté, c’est la promesse faite par Luna. En fait, ce n’est pas le lit à proprement parler qui est connecté, mais le drap-housse.

Conçu par une start-up italo-américaine, ce drap-housse intelligent connecté est réalisé en polyester. Formé de plusieurs couches, il embarque plusieurs dizaines de capteurs qui enregistrent des informations sur la nuit du dormeur : sa respiration, sa fréquence cardiaque, sa position, ses ronflements, etc. Ceux-ci servent notamment à déterminer le moment où le dormeur se trouve dans une phase de sommeil léger pour le réveiller en douceur via l’alarme du smartphone.

En analysant la fréquence cardiaque, la respiration et l’environnement de la pièce (taux d’humidité, lumière), Luna fait aussi office de drap chauffant pour chauffer plus ou moins le matelas d’un côté ou de l’autre du lit.

Intelligent, Luna peut transférer les données obtenues à une application Android ou iOS pour pouvoir dresser un bilan des nuits du dormeur. Dans le but de pouvoir rendre Luna compatible avec tous les appareils connectés de la maison, la start-up annonce son souhait de rendre le drap-housse compatible avec les normes open source des écosystèmes domotiques.

À l’heure actuelle, Luna est au stade de la recherche de financement sur la plateforme Indiegogo. En 24 heures de campagne, le projet a déjà récolté plus de 100 000 dollars.

Pour finir, il faut encore préciser que Luna pèse trois kilos et qu’il est lavable en machine. Ce drap-housse est par ailleurs disponible en précommande à partir de 179 dollars.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentARM : un nouveau cœur 64-bits surpuissant pour les mobiles de 2016
Article suivantBill Gates s’inquiète de la « super-intelligence »

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here