Lune : un petit pas pour l’homme, un grand pas pour… la Russie

Alors que Neil Armstrong avait déclaré « Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité » en étant le premier homme à poser son pied sur la Lune, que dira le premier Russe en 2029 ?

Pour l’heure, seuls les États-Unis ont réussi à envoyer des hommes sur la Lune. Dans un avenir relativement proche, la Russie a l’intention d’en faire de même. Vladimir Solntsev, le directeur de l’entreprise russe Energia, a en effet annoncé que des cosmonautes russes seraient envoyés sur notre satellite en 2029.

C’est ce mardi 27 octobre que Vladimir Solntsev a fait cette annonce, lui qui est accessoirement le directeur de l’entreprise qui conçoit et développe des véhicules spatiaux. De fait, ce qui dit est digne de crédit.

Un programme qui doit démarrer en 2021

Toujours selon lui, le programme lunaire de la Russie doit démarrer en 2021 pour un premier habité planifié pour 2029.

Le voyage sera fait avec un vaisseau spatial qui sera spécialement conçu pour aller sur la Lune. Avant d’aller se poser sur notre satellite, à partir de 2015, des vols de ce vaisseau, vide, seront réalisés en direction de la Station spatiale internationale (ISS).

L’Agence spatiale européenne (ESA) parle aussi de la Lune

Cette semaine, l’Agence spatiale européenne a aussi parlé de la Lune en plaidant en faveur d’un « village lunaire international », un projet qui pourrait être réalisé, progressivement, par des robots.

L’ESA a par ailleurs annoncé sa collaboration avec la mission russe Luna 27, prévue pour 2020, qui doit envoyer un alunisseur pour explorer les régions polaires de la Lune où des dépôts de glace ont été repérés.

Est-ce que la Russie est capable de surmonter sa crise spatiale

Avec plusieurs échecs cuisants à son actif, le secteur spatial russe est en pleine crise. Entre perte d’engins spatiaux et lancements ratés, est-ce que la Russie a les moyens de se redresser pour mener à bien de tels projets ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPas de réelle amélioration de la sécurité avec Windows 10
Article suivantRéchauffement climatique : la justice climatique pourrait tout faire capoter

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here