Lutte contre le cyberharcèlement : une adolescente crée un outil bluffant

Trisha Prabhu est une adolescente de 13 ans, elle a pourtant conçu un outil bluffant pour lutter contre le cyberharcèlement.

Suite à l’invasion de nos vies par les réseaux sociaux, de plus en plus de cas de cyberharcèlement ont vu le jour sur le NET, de nombreux adolescents peuvent en témoigner. Comme l’expansion de ce problème n’a pas l’air de se calmer, la Global Science Fair organisée par Google a fait de la lutte contre le cyberharcèlement un thème pour cette année.

La Global Science Fair, ce concours international, encourage les jeunes de 13 à 18 ans à créer des projets scientifiques ou techniques et à les soumettre en ligne. Au cas où un projet est approuvé par le jury, le candidat se voit décerner une bourse de 37 000 euros et un voyage.

Parmi les quinze finalistes de cette année, c’est Trisha Prabhu qui a retenu l’attention de tous. Cette adolescente américaine de 13 ans a en effet développé un système inédit, un concept demandant aux adolescents de relire un message potentiellement haineux avant de l’envoyer, tout en présentant les conséquences d’un tel envoi à son auteur.

Testé sur 533 collégiens, près de 93% des adolescents n’ont finalement pas publié le message blessant, ce qui est nettement mieux que les 67% obtenus par une simple interface de relecture.

Comme l’explique Trisha Prabhu, son idée est de suggérer aux adolescents de réfléchir à deux fois avant de poster un message méchant/blessant sur les réseaux sociaux. Baptisé ReThink, son application doit encore être adaptée aux divers réseaux sociaux.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentActivision : que nous réserve le retour de Sierra ?
Article suivantiPhone 6 ? iWatch ? Qu’est qu’Apple présentera le mois prochain ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here