MacBook Air 13" : la version 2013 privilégie l’autonomie

Apple vient de dévoiler son MacBook Air 13″ cuvée 2013, un nouveau modèle qui privilégie l’autonomie à la puissance pure.

En adoptant les processeurs Haswell d’Intel pour son MacBook Air 13″ cuvée 2013, Apple joue la carte de l’autonomie plutôt que celle de la puissance. Si ce n’est cela, ce modèle reste dans la continuité des modèles précédents avec un design identique, toujours aussi rigide et robuste.

La connectique est également inchangée avec l’alimentation MagSafe 2, deux ports USB 3.0, une sortie audio mini Jack, un port Thunderbolt et un lecteur de cartes mémoire.

Avec un encombrement de 32,5 x 22,7 x 0,3 – 1,7 cm pour un poids de 1,35 kg, ce MacBook Air 13″ profite aussi de l’arrivée de nouveau disque SSD plus performant.

Alors que les autres fabricants préconisent les écrans Full HD en 1920 par 1080 pixels, Apple préfère conserver sa définition de 1440 x 900 pixels. C’est certes plus bas, mais cela peut aussi s’expliquer par une volonté de limiter la consommation. C’est ainsi que l’autonomie peut monter jusqu’à douze heures en lecture vidéo d’un film HD avec le Wi-Fi et le Bluetooth désactivé, le son et la luminosité réglés à 50%.

Le MacBook Air 13″ cuvée 2013 est proposé en deux versions, à 1099 euros pour le modèle équipé du disque SSD de 128 Go et à 1299 euros pour celui doté de 256 Go.

Techniquement parlant, ce MacBook Air 13″ cuvée 2013 embarque un processeur Intel Core i5 dual-core à 1,3 GHz, une solution graphique intégrée Intel HD 5000, 4 Go de mémoire vice DDR3, le Bluetooth 4.0 et le Wi-Fi 802.11 ac. Ces composants peuvent en outre être personnalisés par une série d’options : processeur Core i7 double cœur à 1,7 GHz, passage à 8 Go de mémoire vive.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMots de passe Android : Google de nouveau au cœur de la tourmente
Article suivantTizen : une arrivée « généralisée » en 2014 ?
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here