Magic Leap : une nouvelle vidéo de son mystérieux monde virtuel

Par le biais d’une courte vidéo intitulée « Magic Leap Demo », on peut pénétrer dans le mystérieux monde virtuel créé par Magic Leap, une entreprise massivement soutenue par Google.

Que sait-on de Magic Leap ? Pas grand-chose. On sait que Google a investi 542 millions de dollars en 2014 dans cette société. On sait aussi qu’elle travaille sur la réalité virtuelle. Pour le reste, on ne sait pratiquement rien vu qu’aucune technologie n’a été présentée à ce jour.

Par contre, des images sont diffusées, comme cette courte vidéo intitulée « Magic Leap Demo ».

Si on ne sait rien des lunettes de réalités augmentées qui vont avec le projet, un grand secret, cette vidéo permet par contre de nous montrer ce que la technologie développée est capable de faire.

La vidéo en question montre une scène de réalité augmentée avec un robot assis, alors qu’une autre scène montre un modèle virtuel incroyablement détaillé de notre système solaire flottant dans les airs.

Une scène de la vidéo montre un modèle virtuel incroyablement détaillé de notre système solaire flottant dans les airs

Dans la séquence de notre système solaire, les détails sont incroyables, à l’instar des éruptions solaires et de la couronne solaire qui est représentée avec des détails sans précédent.

Que savons-nous ?

La question est de savoir ce que nous savons de Magic Leap ? Hormis Google, Qualcomm, Andreessen Horowitz, KKR et d’autres investisseurs très connus ont injecté de l’argent dans le projet.

Un brevet pour un casque ressemblant à des lunettes de ski, relié à une batterie, a été déposé en juillet 2014 par Rony Abovitz.

Ce casque se connecte à un réseau pour accéder à une base de données des objets affichables.

Le dispositif incorpore des capteurs pour connaitre l’emplacement du porteur et pour superposer le monde virtuel le plus possible au monde réel.

Dans un dessin du brevet, on peut voir une mère et son enfant dans un supermarché avec leur liste d’achat affichée en réalité virtuelle au-dessus du chariot.

Un autre dessin montre un homme regarder du sport à la télévision, avec des scores et des classements qui s’affichent virtuellement devant lui.

On sait également qu’une démonstration était prévue en mars dernier, lors de la conférence TED de Vancouver, mais qu’elle a été mystérieusement annulée.

Aucun effet spécial nécessaire… les images virtuelles se déplacent devant les yeux du porteur.

robot-en-realite-augmentee

Une vidéo intitulée « Another day in the office at Magic Leap » avait déjà été publiée en mars dernier. Une scène montrait une série de dossiers holographiques devant l’utilisateur.

180-pages-detaillant-les-dessins-et-aspect

Après avoir cliqué sur une icône de jeu vidéo, un jeu se charge automatiquement et l’utilisateur est placé instantanément dans un décor virtuel. Le porteur ramasse un vrai pistolet jouet qu’il utilise contre une armée de robots virtuels.

robots-virtuels

Peu de détails sur la technologie ont été officiellement révélés, hormis ceux révélés par le brevet qui a été déposé

details-sur-la-technologie

Il est notamment mentionné des gestes qui pourraient être reconnus par le système

Le brevet mentionne un certain nombre d’utilisations sous la forme de dessins.

brevet-forme-dessins

La solution de Magic Leap se positionne en tant que concurrente à celle du casque Oculus Rift de Facebook ou de l’HoloLens de Microsoft.

magic-leap

Justement, Microsoft a publié une vidéo montrant des caractéristiques similaires à celles observées dans les clips proposés par Magic Leap.

c3

L’HoloLens de Microsoft est utilisé pour projeter des images holographiques dans le champ visuel du porteur.

HoloLens

L’Oculus Rift, un autre concurrent, doit sortir l’année prochaine.

oculus-rift

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentL’agence de protection des données irlandaise va devoir enquêter sur Facebook
Article suivantLet’s Encrypt : important pas en avant en matière de HTTPS

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here