Marchés émergents : l’offensive Android One a commencé

Alors que le marché mobile des pays développés commence à saturer, le nouvel Eldorado se situe dans les marchés émergents. Google vient de lancer son offensive en lançant son premier appareil équipé d’Android One.

Tout le monde est très intéressé par les marchés émergents au moment où le marché dans les pays développés commence à saturer. Que cela soit BlackBerry qui décide de recentrer sa stratégie sur des pays tels que l’Indonésie, que cela soit Microsoft change sa politique de licence Windows Phone pour diminuer le coût des appareils low-cost, que cela soit Firefox OS qui tente de s’imposer dans les pays en voie de développement ou même Apple qui essaie d’écouler ses anciens modèles, tous les principaux acteurs ont entamé leurs grandes manœuvres en vue de conquérir des parts de marché.

À ce paysage, il ne faut surtout pas oublier Google. C’est aujourd’hui, en Inde, que la firme de Mountain View lance les premiers smartphones de son programme Android One, une initiative qui vise également les marchés des pays en voie de développement.

C’est pour le prix de 6399 roupies indiennes ou 105 dollars (environ 81 euros), que le premier smartphone de la gamme Android One est proposé, un tarif qui comprend un appareil double carte SIM, une radio FM et un slot MicroSD pour un smartphone aux caractéristiques imposées par Google, à savoir un écran 4,5 pouces, 1 Go de mémoire, 4Go de stockage et Android 4.4 installé.

Alors que les grands groupes lancent leurs offensives sur les marchés émergents, il est bon de noter que de nombreux petits constructeurs locaux sont déjà présents sur ce marché et que tout ne sera pas forcément simple.

IDC-Android-iOS-WP-gammes

IDC-graph-smartphones-2014

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNetflix : Bouygues Telecom est le premier à céder
Article suivantRosetta : Philae connait son lieu d’atterrissage

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here