Mark II vs Kurata : un duel entre deux robots de plus de 5 tonnes !

Mark II contre Kurata s’annonce comme étant le combat du siècle vu qu’il va opposer… deux robots de plus de 5 tonnes !

L’idée de l’entreprise américaine MegaBots était de lancer une série de tournois de robots de combats, des « méchas » pilotés de l’intérieur par un humain. L’idée même de ces combats ne semble pas avoir convaincu vu que la campagne de financement participatif lancée sur KickStarter n’a pas abouti.

Pour tenter de susciter un certain intérêt auprès du grand public, MegaBots a lancé un défi à la société japonaise Suidobashi Heavy Industry : un combat entre deux robots.

Pour s’opposer au Mark II de MegaBots, Suidobashi Heavy Industry a accepté le duel par le biais de son robot Kurata.

Ce combat entre deux robots de plus de 5 tonnes se déroulera à priori en juin prochain, selon des modalités qui restent encore à définir.

Dans une vidéo publiée sur YouTube, Kogoro Kurata, le fondateur de la société Suidobashi Heavy Industry, indique que son robot peut tout à fait rivaliser avec son concurrent américain. Il précise « qu’il n’est pas envisageable qu’un autre pays que le Japon remporte ce combat. Les robots géants sont partie intégrante de la culture nippone ».

Vu que les deux engins coutent près d’un million de dollars, il est fort peu probable que l’affrontement se fasse dans une mêlée au corps-à-corps. Mais comme Kurata embarque le moyen de propulser des projectiles grâce à des gatlings et que Mark II embarque un canon pouvant tirer des balles de peinture, on pourrait parfaitement imaginer un duel sous forme de paintball géant.

Le Mark II de MegaBots
Le Mark II de MegaBots

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBac 2015 : l’heure du verdict a sonné !
Article suivant15,6 millions d’euros de dommages et intérêts contre le créateur du site Wawa mania

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here